NOUVELLES

Le Congrès envoie à Obama une loi pour regonfler le crédit à l'exportation

15/05/2012 06:13 EDT | Actualisé 15/07/2012 05:12 EDT

Le Congrès américain a approuvé mardi une loi visant à regonfler l'Export-Import Bank (Ex-Im), l'agence américaine de crédit aux exportations, en augmentant son plafond de garanties de 100 à 140 milliards de dollars.

Le Sénat a approuvé le texte mardi par 78 voix contre 20. La Chambre des représentants avait voté la semaine dernière par 330 voix contre 93. Le texte doit maintenant être envoyé au président Barack Obama pour promulgation.

L'autorisation de fonctionnement de l'Ex-Im, qui arrivait à expiration le 31 mai, a fait l'objet de longues discussions au Congrès, certains républicains de la Chambre arguant que les subventions de cette institution faussaient le jeu du marché.

Le géant aéronautique Boeing, l'un des plus gros exportateurs américains est le principal bénéficiaire des mécanismes de prêts de l'Ex-Im. Plusieurs sénateurs des Etats où est installé l'avionneur comme le républicain Lindsey Graham (Caroline du Sud, sud-est) et la démocrate Maria Cantwell (Washington, ouest) ont incité leurs collègues à voter pour le projet de loi.

"Nous ne pouvons pas nous permettre de céder à nos concurrents mondiaux", a dit le chef de la majorité démocrate Harry Reid devant le Sénat mardi. "Le Canada, la France et l'Inde fournissent déjà sept fois plus d'aide à leurs exportateurs que les Etats-Unis. La Chine et le Brésil dix fois plus", a-t-il ajouté.

L'aide de l'Ex-Im a souvent été critiquée comme étant une source de subventions pour certaines sociétés au détriment d'autres.

Ainsi, les compagnies aériennes américaines, dont Delta, se plaignent que l'agence offre des prêts à des taux avantageux à des compagnies étrangères pour acheter des avions aux Etats-Unis.

Mais selon les partisans du projet de loi, en 2011, l'Ex-Im a soutenu environ 288.000 emplois dans plus de 3.600 entreprises américaines.

emp/gde

PLUS:afp