NOUVELLES

La designer Brigitte Poitras part à l'assaut des maisons de campagne

15/05/2012 10:36 EDT | Actualisé 15/07/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - On la voit, à Canal Vie, courir dans tous les coins de la ville, pour redonner du pimpant aux maisons en mal d’amour et qui n’arrivent pas à séduire de nouveaux acheteurs. Armée d'un savoir-faire à toute épreuve, Brigitte Poitras, le manitou de «Bye Bye maison», parvient toujours à optimiser l'apparence des lieux à moindres coûts.

Si la jolie dame prend la route des vacances, à compter du lundi 21 mai, 21h, ce n'est pas pour profiter de la dolce vita mais plutôt pour retaper la décoration de chalets qui souffrent d'inattentions depuis plusieurs années et deviennent, avec le temps, de véritables repaires de mochetés.

Elle ne se lancerait pas dans cette aventure sans Enock Robin, son partenaire, dont le talent artistique apportera cette touche inattendue alliant souvent modernité et rusticité, conditions incontournables pour un «Chic Shack».

La série comporte 13 émissions et débute chez les Potvin-Girard, à Saint-Adolphe-d'Howard, dont le chalet, situé sur le bord de l'eau, a été inondé. Après une telle épreuve, les propriétaires méritaient bien que leur «maison sous les arbres» profite d'un second souffle juste à temps pour l'été.

Arriver au bout de son corps…

Le sujet rebute. Mais tôt ou tard, faudra bien y faire face. «Zone Doc», le vendredi 25 mai, 21h, à Radio-Canada, aborde la question de l'ultime décision: choisir le moment de sa mort quand on arrive à la fin du voyage. Parce que les raisons qui nous y amènent sont incurables, irrévocables et sources de souffrances physiques et psychologiques.

Nous souhaitons tous mourir dans la dignité. Dans le documentaire «Visa de départ», réalisé par Pierre Jomphe et Martin Métivier, l'épouse de Laurent raconte que son artiste d'amoureux, atteint de sclérose en plaques, perdait la vue. Sans son art, confiné au fauteuil roulant, la vie n'avait plus de sens pour lui. Alors, avant de devenir grabataire, il s'est tiré deux balles. Amer, le comédien Albert Millaire déplore qu'on maintienne en vie des personnes d'un très grand âge qui n'ont plus aucun lien avec la réalité, situation qu'il connaît bien suite à l'hospitalisation de sa mère.

Quand Ghyslain, souffrant d'une maladie dégénérative neuro-musculaire, nous vise de ses yeux bleus foudroyants pour expliquer sa frustration d'une carrière finie, son sentiment d'inutilité, d'être un poids pour les autres, quand il craint de devenir prisonnier de son corps mais conscient, on comprend qu'il ne soit pas un disciple de la philosophie du dolorisme et appelle l'euthanasie avec toute l'énergie de sa souffrance.

Comédienne née de la musique

Bardée de médailles et de prix tout aussi prestigieux les uns que les autres, Monique Mercure a occupé la scène, les plateaux de télévision et de cinéma durant plus de 50 ans. Mais au départ, elle se destinait à une carrière musicale et fréquentait les Michel Legrand, Glenn Gould et George Balanchine. Appelée à participer à des émissions de télé à titre de musicienne, l'artiste s’est vue happée par la passion du théâtre. Depuis «Les Troyennes» jusqu'à «Albertine en 5 temps», Edith Beauchamp de «Providence» parle de l'effervescence de la carrière de ce «Personnage en quatre actes», le vendredi 25 mai, 20h, à RDI.

À «Histoires de crimes», on revient à 1997, à l'assassinat de la jeune Reena Virk, 14 ans, souffre-douleur des élèves de sa classe. Un soir, on l'invite à une fête d'amis d'où elle ne reviendra jamais. Pour des raisons obscures, les «amis», sept filles et un garçon, l'ont sauvagement battue, brûlée, et une des filles, Kelly Ellard, l'a maintenue de son pied sous l'eau jusqu'à ce qu'elle meure. Il aura fallu 10 ans pour que cette jeune meurtrière soit reconnue coupable. «De l'intimidation à l'assassinat», le vendredi 25 mai, 19h, au Canal D.

À MusiMax, la série «Queens of Pop», cinq documentaires qui résument la biographie et l'impact de huit mégastars de la pop, débute le jeudi 24 mai, 23h. Diana Ross, la première en lice, a marqué les années 1960. On revoit la chanteuse des Supremes, aussi mère de cinq enfants, lors de spectacles mémorables, alors qu'elle interprétait des succès aux rythmes affriolants. Et les décennies suivantes seront illustrées par Donna Summer, Debbie Harry, Madonna, Britney Spears, Mariah Carey, Lady Gaga et Beyoncé.

À RADIO-CANADA: «Les Soprano», famille de mafieux dirigée par Tony (James Gandolfini), le chef, qui éprouve des difficultés à concilier travail-famille au point où il doit consulter une psychiatre, Jennifer Melfi (Lorraine Braco), arrivent à Radio-Canada, à raison de deux épisodes par semaine, les samedis, 22h42. À «Second Regard», ce dimanche, 13h30, on rencontre des proches des victimes canadiennes du 11 septembre 2001. Ces 10 années ont-elles réussi à cicatriser leur plaie? Ce dimanche, 20h, «Tout le monde en parle» clôt la présente saison avec un retour sur les meilleurs moments de l'année.

À TVA: Guy Jodoin entreprend la 11e saison de «Sucré Salé», l'émission des beaux jours qui, en plus d’aller à la rencontre de deux invités par émission, nous informe sur les événements populaires organisés dans nos plus grandes villes, du lundi au vendredi 18h30 et en rediffusion en fin de soirée.

À TÉLÉ-QUÉBEC: on l'a vu, revu et toujours partant pour y revenir encore: le film «Un homme et une femme», à cause du jeu d'Anouk Aimée et de Jean-Louis Trintignant, à cause de l'histoire d'amour toujours, à cause de la musique de Francis Lai, à cause de la réalisation de Claude Lelouch qui lui a valu la Palme d'Or à Cannes et deux Oscars à Hollywood. Réalisé en 1966, ce film est toujours aussi percutant.

À RDI: sans qu'on sache pourquoi, on constate, le mercredi 23 mai, 20h, que les méduses envahissent les océans. On sait qu'en Égypte, sous le sceau du secret, les femmes subissent du harcèlement sexuel. Voilà que depuis le «printemps arabe», il est maintenant question d'agressions sexuelles, le jeudi 24 mai, 20h.

À TV5: ce samedi, 19h, aux «Champs Élysées», Michel Drucker fait revivre les soirées éclatées des années 80. Parmi les invités: Thomas Dutronc, Petula Clark qui, à 80 ans, vient de lancer un nouvel album, l'humoriste Roland Magdane. On profite de l’occasion pour rendre hommage à Dalida et à Pierre Bachelet. Tous les parents sont d'accord: mettre un enfant au monde est une grande responsabilité, mais quand cet enfant souffre d'un handicap sévère, l'engagement devient inconditionnel et permanent. «Télé Réalité / Sa vie à tout prix» saisit le quotidien de parents qui ont renoncé à bien des plaisirs légitimes pour répondre aux multiples besoins de leur enfant. Et au-delà de la quotidienneté, ces parents sont constamment préoccupés par leur relève parce qu'un jour, ils seront trop vieux ou décédés. Le mardi 22 mai, 21h.

À ARTV: le lundi 21 mai, 22h30, le documentaire «Cheerleaders: un mythe américain» explore les facettes de cette activité à laquelle s'intéresse quelque trois millions de personnes.

AU CANAL VIE: Pierre-Olivier Cyr, «L'Hypnotiste», mettra son talent au service de personnes ayant des phobies comme la claustrophobie dont souffre Chantal. Dans bien des cas, l'hypnose s'avère un moyen efficace pour améliorer la qualité de vie de certaines personnes. Cette nouvelle série débute le lundi 21 mai, 20h30.

À SUPER ÉCRAN: «Le bonheur des autres», comédie dramatique avec Michel Barrette, Julie LeBreton et Marc-André Grondin, raconte la confrontation entre un père qui, comblé par sa nouvelle compagne, annonce l'arrivée d'un bébé alors que sa fille n'arrive pas à procréer. Le lundi 21 mai, 19h15.

PLUS:pc