NOUVELLES

Deux personnes accusées en lien avec l'arrivée de réfugiés tamouls au Canada

15/05/2012 09:23 EDT | Actualisé 15/07/2012 05:12 EDT

VANCOUVER - Deux des 492 réfugiés tamouls arrivés par bateau en Colombie-Britannique il y a près de deux ans ont été officiellement accusés mardi d'avoir orchestré l'expédition clandestine.

Selon l'acte d'accusation, Lesly Jana Emmanuel et Kunarobinson Christhurajah auraient planifié l'opération dès l'été 2009 au Sri Lanka, en Malaisie et en Thaïlande.

Le MV Sun Sea a jeté l'ancre au large de Victoria au mois d'août 2010 avec à son bord 380 hommes, 63 femmes et 49 enfants.

Ils ont tous demandé l'asile au Canada en évoquant les 26 ans de guerre civile qui a mis à feu et à sang leur terre d'origine, le Sri Lanka.

Le sergent Duncan Pound de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a déclaré mardi que cette enquête représente un défi pour les autorités canadiennes parce qu'elle se déroule sur plusieurs continents.

Les deux accusés doivent comparaître mercredi devant un tribunal provincial de Vancouver. Le gouvernement canadien a également présenté une demande d'extradition pour un troisième suspect, Thayakaran Markandu, arrêté en France.

Près de deux ans après leur arrivée, six hommes du MV Sun Sea sont toujours derrière les barreaux alors que 19 passagers ont fait l'objet d'un ordre de déportation.

Selon la Commission de l'immigration et du statut de réfugié, six passagers ont été acceptés comme réfugiés, six autres ont été refusés, une famille a abandonné la démarche et 18 autres demandes ont été retirées.

M. Pound n'a pas pu dire si d'autres accusations seraient portées dans cette affaire, mais il a indiqué que la GRC continuerait d'enquêter jusqu'à ce que tous les responsables soient retrouvés et traduits en justice.

Le MV Sun Sea a accosté un an après le MV Ocean Lady, qui avait permis à 76 immigrants tamouls de débarquer en Colombie-Britannique.

Depuis ces deux incidents, Ottawa a lancé une campagne internationale visant à empêcher les clandestins d'atteindre les côtes canadiennes.

Le gouvernement fédéral veut également mettre en place une loi sur l'immigration plus stricte ciblant plus particulièrement ce genre d'activités.

PLUS:pc