NOUVELLES

"Vampire" ou "rêve américain": Obama et Romney s'affrontent sur les aciéries

14/05/2012 03:52 EDT | Actualisé 14/07/2012 05:12 EDT

L'équipe de campagne de Barack Obama a donné la parole à d'anciens ouvriers d'une aciérie liquidée sous la responsabilité de Mitt Romney, accusé d'être un "vampire", tandis que le candidat républicain a mis en valeur son aide à la réussite d'une autre usine.

Dans une vidéo diffusée sur internet, l'équipe Obama a réfuté l'argumentation de M. Romney selon qui son expérience dans le monde de l'entreprise ferait de lui un bon président pour l'emploi.

Cette publicité revient sur la fermeture d'une aciérie de Kansas City dans le Missouri (centre), après son rachat par Bain Capital, la firme de capital-risque fondée par M. Romney. Les ouvriers y ont perdu leurs emplois, leur retraite et leur couverture sociale.

"Bain Capital est parti avec beaucoup d'argent grâce à cette usine. Nous considérons que Mitt Romney est un destructeur d'emplois", affirme ainsi John Wiseman, un ancien ouvrier.

"C'était comme un vampire, il est venu et a aspiré notre vie", renchérit Jack Cobb, qui a lui aussi perdu son emploi après 31 ans dans cette usine qui avait fermé en 2001, engloutissant 750 postes.

"On aurait dit un vieil ami en train de saigner à mort", assure un autre ouvrier licencié, Joe Soptic, dans cette publicité qui montre la friche industrielle qu'est devenu l'aciérie.

L'équipe de campagne de M. Romney n'a mis que quelques heures à riposter en mettant en valeur le cas du cinquième fabricant d'acier américain, Steel Dynamics (SDI), que Bain Capital avait financé à ses débuts en 1993. "Lorsque d'autres se sont défilés, l'équipe d'entrepreneurs du privé de Mitt Romney est montée au créneau", explique cette publicité qui donne elle aussi la parole à des ouvriers.

SDI compte aujourd'hui plus de 6.000 employés. "Si ce n'est pas le rêve américain, je ne sais pas ce que c'est", affirme un des employés.

La publicité passe sous silence le fait que Bain Capital s'est retiré de l'entreprise en 1999.

Depuis qu'il a lancé sa campagne, M. Romney assure que son expérience d'entrepreneur et de "créateur d'emplois" est ce dont les Etats-Unis ont besoin pour relancer le marché du travail. Le taux de chômage officiel est de 8,1%, soit trois points de plus qu'avant le début de la crise en 2008.

"Etant donné que l'argument central de Romney consiste à dire qu'il est un magicien qui peut faire croître l'économie, cela vaut le coup d'examiner de quoi cette magie retourne", a affirmé la directrice adjointe de la campagne de M. Obama, Stephanie Cutter.

Selon Mme Cutter, qui s'exprimait lors d'une téléconférence de presse, "l'expérience de Mitt Romney en affaires n'a rien à voir avec la croissance des entreprises, la création d'emplois et une expansion économique à long terme".

"Opération après opération, la priorité de Romney a été de faire des bénéfices à titre personnel, quels que soient les coûts pour les autres", a-t-elle dénoncé.

Réagissant à cette publicité, l'équipe de M. Romney a dit se réjouir de pouvoir parler du thème de l'emploi, un secteur où le président sortant a échoué selon elle.

"Mitt Romney a contribué à créer plus d'emplois dans le secteur privé et en tant que gouverneur du Massachusetts que le président Obama pour le pays tout entier", a affirmé la porte-parole du candidat républicain, Andrea Saul.

tq-col/bar

PLUS:afp