NOUVELLES

Obama souligne le "contraste" entre lui et Romney sur le mariage gay

14/05/2012 06:37 EDT | Actualisé 14/07/2012 05:12 EDT

Le président des Etats-Unis Barack Obama a souligné lundi le "contraste" entre son adversaire républicain Mitt Romney et lui-même sur la question du droit des homosexuels à se marier, qu'il a officiellement soutenu pour la première fois la semaine dernière.

"Cela va être un important contraste dans la campagne" en vue de la présidentielle de novembre, a affirmé M. Obama dans un entretien accordé à l'émission "The View" sur la chaîne ABC, un programme ciblant un public plutôt féminin.

"Le gouverneur Romney dit que nous devrions avoir un amendement constitutionnel qui instaurerait la notion selon laquelle les mariages entre homosexuels ne peuvent pas avoir lieu", a relevé le président américain.

M. Romney a affirmé samedi qu'il était opposé à de telles unions, une position correspondant à la base conservatrice républicaine, en affirmant que "le mariage est une relation entre un homme et une femme".

Interrogé lundi sur la loi fédérale dite de "défense du mariage", promulguée par son prédécesseur démocrate Bill Clinton en 1996, M. Obama a répété son credo:"Nous ne pensons pas que la +défense du mariage+ soit constitutionnelle", car discriminatoire. Son gouvernement a par ailleurs renoncé à la défendre devant les tribunaux dès 2011.

M. Obama s'est toutefois gardé de dire s'il ferait de l'abrogation de cette loi un sujet de campagne, au risque de s'aliéner une partie des électeurs démocrates opposés à une telle initiative.

Lundi, M. Obama a aussi participé à New York à une réunion de levée de fonds organisée par une association de défense des droits des homosexuels, où il s'est exprimé après le chanteur Ricky Martin, qui a récemment dévoilé son homosexualité et a remercié le président pour son "courage".

"Je veux que tout le monde soit traité justement dans ce pays. Nous ne nous sommes jamais trompés lorsque nous avons fait bénéficier tout le monde de droits et de responsabilités", a-t-il assuré à cette occasion, en estimant que "cela n'affaiblit pas les familles, cela les renforce. C'est ce qu'il faut faire".

col-tq/lor

PLUS:afp