NEWS

Nigeria/violences: les journalistes en colère d'un Etat boycottent les autorités

14/05/2012 10:47 EDT | Actualisé 14/07/2012 05:12 EDT
Les journalistes de l'Etat nigérian du Plateau ont décidé lundio de boycotter les activités du gouvernement de cet Etat du centre secoué depuis des années par des violences ethnico-religieuses, estimant que les autorités sont incapables de régler le problème.

"Les journalistes, et spécialement les correspondants sur place expriment leur dégoût d'avoir à continuellement compter des cadavres et à se rendre sur des sépultures de gens victimes d'une violence sectaire sans fin à Jos et ses environs", écrivent les journalistes dans un communiqué au terme d'une réunion.

Le collectif a décidé de "dorénavant boycotter toutes les activités gouvernementales, pour leur propre sécurité et celle de leurs familles". Il accuse le gouverneur de l'Etat Jonah Jang d'être incapable de les protéger dans leur travail.

Un porte-parole du gouverneur a appelé en retour les journalistes à la patience, assurant que "tout est fait pour mettre fin à la violence dans cet Etat".

Situé dans le centre du Nigeria, à la limite du nord majoritairement musulman et du sud à dominante chrétienne, l'Etat du Plateau, et surtout sa capitale Jos, sont depuis des années le théâtre de violences ethnico-religieuses meutrières qui ont fait plusieurs milliers de morts.

str-joa/jlh/jpc

PLUS:afp