NEWS

Mme Sabourin avait "une raison légitime" de contacter Alec Baldwin (avocat)

14/05/2012 02:06 EDT | Actualisé 14/07/2012 05:12 EDT
L'avocat de la comédienne québécoise Geneviève Sabourin a affirmé lundi à New York que sa cliente, accusé d'avoir harcelé l'acteur américain Alec Baldwin, avait "une raison légitime" pour avoir essayé de le contacter.

"Ma cliente avait une raison légitime, telle que l'entend la loi, quand elle a essayé de contacter M. Baldwin, et son intention n'étais pas de le harceler", a expliqué l'avocat Maurice Sercarz, à l'issue d'une audience de routine au tribunal de Manhattan.

"Avec mon avocat, j'ai confiance que nous allons régler cette incompréhension", a pour sa part déclaré Geneviève Sabourin aux journalistes.

Ni l'un ni l'autre n'ont fourni de détails sur le "contexte" de cette affaire, ou sur la nature de la relation entre Alec Baldwin et Geneviève Sabourin, qui s'étaient connus en 2002 sur le tournage d'un film d'Eddie Murphy "Les aventures de Pluto Nash".

La comédienne de 40 ans a précisé à l'AFP qu'elle allait "beaucoup mieux. J'ai très confiance en la justice américaine, je suis certaine que lorsque les faits seront connus, c'est clair que je n'ai commis aucun crime donc je crois que tout va bien aller", a-t-elle ajouté.

Alec Baldwin, star du feuilleton "30 Rock" et récemment fiancé, n'était pas présent lundi. Il est attendu au Festival de Cannes.

Mme Sabourin, en jupe noire, chemisier beige et talons aguilles, a ajouté qu'elle allait rentrer au Québec après l'audience. "Même si j'ai éprouvé des difficultés à rentrer aux Etats-Unis avec les douanes, à chaque fois c'est un risque que je prends, mais je me sens mieux à la maison, c'est évident", a-t-elle ajouté, tout en regrettant les dépenses que ses déplacements vont occasionner.

"C'est très onéreux, mais cela fait partie de la nouvelle réalité", a-t-elle ajouté.

Durant l'audience, l'avocat a indiqué qu'il voulait déposer une motion, dans le cadre de la procédure actuelle. Un prochain rendez-vous judiciaire a été fixé au 26 juillet. Durant cette période, la comédienne ne doit pas s'approcher ou chercher à contacter l'acteur américain.

Mme Sabourin avait été arrêtée le 8 avril, après une plainte pour harcèlement d'Alec Baldwin, qui affirmait qu'elle lui avait envoyé de nombreux courriels, lui demandant notamment de l'épouser, et était même venue jusqu'à son appartement de Greenwich Village. Elle lui aurait envoyé de très nombreux textos et se serait rendue au domicile de l'acteur pour essayer de le rencontrer.

Mme Sabourin a précisé qu'elle travaillait depuis plusieurs mois à l'écriture d'un scénario avec un ami, mais que désormais son travail à plein temps serait d'aider ses avocats dans sa défense et qu'elle devrait donc mettre de côté ses "passions".

Mais elle s'est réjouie de ce que ses ennuis judiciaires n'aient rien changé à son amour pour New York. "Il y a parfois des challenges dans la vie, mais les grandes passions demeurent", a-t-elle dit.

bd/bar

PLUS:afp