NEWS

Les proprios canadiens ciblent l'absence de dettes, selon un sondage Manuvie

14/05/2012 09:40 EDT | Actualisé 14/07/2012 05:12 EDT
WATERLOO, Ont. - Près de neuf propriétaires canadiens sur dix (87 pour cent) considèrent que «l'absence de dettes» est un facteur très important pour la réussite de leur retraite, révèle un récent sondage sur l'endettement et la retraite mené pour le compte de la Banque Manuvie du Canada.

Ce facteur arrive au second rang en importance après celui qui consiste à «être en bonne santé» (94 pour cent) et juste avant celui qui consiste à «avoir un revenu suffisant pour maintenir mon mode de vie actuel» (85 pour cent).

C'est la première fois que la Banque Manuvie réalise auprès des Canadiens un sondage portant sur l'endettement dans le cadre de la planification de la retraite. Ce sondage a révélé que la moitié des Canadiens - davantage les femmes (54 pour cent) que les hommes (46 pour cent) - trouveraient extrêmement stressant d'arriver à l'âge de la retraite en ayant encore des dettes.

Plusieurs facteurs autres que financiers tels que «vivre à proximité des membres de la famille» (62 pour cent), «avoir un passe-temps ou faire du bénévolat pour demeurer actif» (64 pour cent) ou «avoir beaucoup d'amis» (43 pour cent) sont jugés beaucoup moins importants à la réussite de la retraite que celui qui consiste à «ne plus avoir de dettes».

Dans presque toutes les régions du Canada, l'absence de dettes est considérée comme le facteur le plus important après la santé pour jouir d'une retraite de qualité. Seul le Québec considère que l'absence de dettes est un facteur moins important que le fait d'avoir un revenu de retraite suffisant pour maintenir son niveau de vie actuel.

Quant au fait d'arriver à l'âge prévu de la retraite avec des dettes à rembourser, 57 pour cent des propriétaires de l'Ontario et 41 pour cent des propriétaires du Québec déclarent qu'ils se sentiraient extrêmement stressés s'ils se trouvaient dans cette situation, par rapport à la moyenne nationale, qui est de 50 pour cent.

Dans l'ensemble, un peu plus de la moitié des répondants croient qu'ils auront fini de rembourser leurs dettes lorsqu'ils atteindront l'âge prévu de leur retraite. Ce relatif manque de confiance semble être bien fondé, étant donné que la moitié seulement des propriétaires canadiens déclarent être moins endettés aujourd'hui qu'il y a 12 mois.

PLUS:pc