NEWS

Les pertes de JPMorgan montrent l'importance de la réforme de Wall Street (Maison Blanche)

14/05/2012 11:31 EDT | Actualisé 14/07/2012 05:12 EDT
La Maison Blanche a affirmé lundi que les pertes de courtage colossales révélées par la banque JPMorgan Chase illustraient la nécessité d'appliquer "complètement" la réforme de l'encadrement des activités de Wall Street promulguée en 2010.

"Cet événement ne fait que souligner la raison pour laquelle il était si important de faire adopter la réforme de Wall Stret, et pourquoi il est si important d'appliquer complètement" cette réforme, a déclaré le porte-parole du président américain Barack Obama, Jay Carney.

"Comme vous le savez, le président s'est battu avec acharnement contre les républicains et les défenseurs des intérêts de Wall Street pour faire adopter la réforme" de l'encadrement des activités financières, a expliqué M. Carney aux journalistes à bord de l'avion Air Force One qui transportait M. Obama dans la région de New York.

La réforme de l'encadrement de Wall Street souhaitée par M. Obama avait été adoptée par le Congrès en juillet 2010, à l'époque où ses alliés démocrates étaient encore majoritaires à la Chambre.

Le but était d'éviter une réédition de la crise des crédits "subprime" qui avait éclaté en septembre 2008 et provoqué la pire crise financière et économique depuis les années 1930, dont les Etats-Unis ne se remettent encore que graduellement.

Depuis que les républicains ont reconquis la majorité à la Chambre et renforcé leur minorité de blocage au Sénat, lors des élections législatives partielles de novembre 2010, ils se sont opposés par tous les moyens à l'application de cette réforme.

Ils ont notamment bloqué la nomination du chef de l'agence de protection des consommateurs, l'un des organismes de supervision mis en place par le texte. M. Obama a dépassé ce blocage au moyen d'une nomination par décret controversée, début janvier.

M. Carney a remarqué que "depuis que (cette réforme) a été adoptée, des défenseurs d'intérêts de Wall Street ont dépensé des millions de dollars pour essayer d'affaiblir, de retarder et de vider ces règles de leur substance".

"Le président s'est battu contre cela, (l'affaire JPMorgan) ne fait que souligner la raison pour laquelle le président avait raison de lancer ce combat et pour laquelle nous devons faire en sorte d'appliquer" cette réforme, a encore dit M. Carney.

JPMorgan Chase a confirmé lundi, quatre jours après la révélation d'une perte de courtage d'au moins 2 milliards de dollars, la démission de la directrice du placement, annoncée dès dimanche par les médias américains.

La banque a annoncé par ailleurs la constitution d'une équipe de travail réunissant plusieurs cadres dirigeants afin de "tirer des enseignements et fixer les meilleures pratiques dans l'ensemble de la firme" à la suite de ces pertes.

tq/gde

PLUS:afp