NOUVELLES

Les avocats de l'ancien candidat John Edwards présentent leur défense

14/05/2012 03:01 EDT | Actualisé 14/07/2012 05:12 EDT

GREENSBORO, États-Unis - Les avocats de l'ancien candidat présidentiel américain John Edwards ont lancé leur contre-offensive lundi, en affirmant que le million de dollars fourni par deux bienfaiteurs bien nantis pour camoufler la maîtresse enceinte de leur client au moment où il briguait l'investiture démocrate en 2008 n'était pas, en fait, une contribution politique.

Edwards a plaidé non coupable aux six accusations criminelles qui pèsent contre lui. Il est accusé d'avoir orchestré toute l'affaire.

Ses avocats s'en sont pris à l'argument même des procureurs adverses, qui estiment que ces dons représentaient une contribution politique illégale dont le but était d'influencer l'issue d'une élection.

Même le gouvernement fédéral ne s'entend pas sur cette question, a fait valoir la défense. La Federal Election Commission (FEC) des États-Unis a déjà tranché que ces dons ne sont pas une contribution politique. Le département de la Justice estime de son côté que cette décision est sans importance.

Lundi, Lora Haggard — qui devait veiller au respect des lois de financement par la campagne de M. Edwards — a expliqué que les dons de Rachel Mellon et Fred Baron n'ont jamais été déclarés, parce que la FEC avait indiqué que cela n'était pas nécessaire.

Les procureurs ont conclu leurs arguments, jeudi dernier, en présentant une entrevue télévisée accordée par Edwards en 2008, pendant laquelle le candidat ment concernant sa liaison extraconjugale et dément être le père de l'enfant de sa maîtresse.

On ne sait pas encore si Edwards sera appelé à la barre des témoins. L'ancien candidat est un avocat éloquent, mais son témoignage lui vaudrait de se retrouver sous le feu nourri de ses adversaires.

PLUS:pc