NOUVELLES

La Russie soupçonne le Kosovo de vouloir entraîner l'opposition syrienne (ambassadeur)

14/05/2012 05:14 EDT | Actualisé 14/07/2012 05:12 EDT

La Russie soupçonne le Kosovo de vouloir servir de terrain d'entraînement pour l'opposition armée syrienne, a affirmé lundi l'ambassadeur russe auprès de l'ONU, Vitaly Tchourkine.

Lors d'un débat au Conseil de sécurité sur le Kosovo, il a fait état "d'informations de presse troublantes selon lesquelles les autorités du Kosovo établissent des contacts avec des représentants de l'opposition syrienne pour entraîner des insurgés" syriens sur son territoire.

Une telle initiative "irait à l'encontre des efforts" du médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe, Kofi Annan, et "transformerait le Kosovo en un centre international d'entraînement pour différents insurgés et groupes armés, ce qui serait un grave facteur de déstabilisation, allant au-delà des Balkans", a poursuivi le représentant du Kremlin.

M. Tchourkine a demandé que "les instances internationales opérant au Kosovo s'opposent à une telle dérive", faisant référence à l'Union européenne et à l'ONU.

Interrogé sur ce point par des journalistes, le ministre des affaires étrangères du Kosovo, Enver Hoxhaj, a démenti tout entraînement, reconnaissant cependant des "contacts diplomatiques entre son gouvernement et l'opposition syrienne". "Nous soutenons fermement leur cause", a-t-il ajouté.

La Russie, alliée historique de Belgrade, dénonce systématiquement l'indépendance du Kosovo, reconnue par 90 pays dont 22 des 27 membres de l'Union européenne, et estime que cette province est une partie intégrante de la Serbie.

avz/lor

PLUS:afp