La promotion 2012 de l'École nationale de cirque prépare ses spectacles de fin d'année (PHOTOS/VIDÉO)

Le Huffington Post Québec  |  Par Publication: 14/05/2012 15:27 Mis à jour: 14/05/2012 21:56

Véritable pépinière de talents, l’École nationale de cirque forme depuis 30 ans les acrobates, jongleurs, clowns et autres athlètes improbables qui élèveront leur art sous le chapiteau des compagnies d’élite. Le Cirque du Soleil, Éloize, Les 7 doigts de la main, Cavalia : les diplômes des finissants ne sont pas encore estampillés que les offres d’emploi fusent.

La cuvée 2012 présentera ses spectacles de fin d’année La flèche au cœur et Génération 2.0., du 29 mai au 10 juin à la Tohu. Le Huffington Post Québec est entré dans les salles de répétition de l’école de la 2e avenue.

Au signal du metteur en piste Anthony Venisse, une vingtaine de jeunes entame une danse transcendante sur une musique techno, tandis que Sebastian Kann s’envole tranquillement, agrippé à son cerceau aérien. Nul doute: le créateur du spectacle a voulu laisser la jeunesse s’exprimer librement, sans scénographie lourdingue et dans le souci de dépeindre une génération par les corps.

Génération 2.0 émane d’une longue recherche sur les particularités sociologiques, psychologiques et symboliques et la génération aussi baptisée « Peter Pan ». « L’idée, c’était d’abord de capter le feu de la jeunesse, la naïveté, l’incertitude du passage dans la vie adulte, ce plongeon dans le vide. »

Les jeunes pourront donc s’amuser avec une certaine liberté au travers d’un canevas précis. « Il va y avoir un DJ, ajoute M. Venisse. C’était important d’accorder une part importante au live, pour conserver la vitalité et la fraîcheur spectacle après spectacle. Si les athlètes ne s’impliquent pas, le spectacle tombera à l’eau. »

Sa collègue Estelle Clareton signe pour sa part la mise en scène de La flèche au cœur avec son collègue Howard Richard, directeur de la création à l'École nationale. Lors de notre passage à l’École nationale de cirque, la cohorte de finissants a exécuté un numéro acrobatique extraite de cette fable apocalyptique où un monde se reconstruit à partir de la musique, de la scène, et - thème immanquable - de l’amour.

Un fil conducteur qui a permis à la créatrice d’user des talents multiples des athlètes tout en créant une unité autour d’une catastrophe naturelle. « Il y a des méchantes bibittes dans la troupe, et ce n’est pas toujours évident de lier des univers très différents, souligne-t-elle. Il faut travailler dans la continuité, mais aussi dans les ruptures. C’est une difficulté, mais surtout un plaisir. »

Difficulté et plaisir résument d’ailleurs assez bien l’état d’esprit des finissants, qui ont travaillé trois ans pour enfin présenter leur spectacle au grand public. De 9h à 17h et depuis trois semaines, les deux troupes de l’édition 2012 besognent pour perfectionner leur présentation.

Sarah Tessier, spécialiste du duo trapèze de 20 ans et récemment signataire d’un contrat avec le Cirque du Soleil, a bien hâte de sortir de la salle de répétition, même si ces entraînements collectifs brisent les longues heures de labeur en solitaire. « Tout le travail que l’on fait, c’est pour pouvoir présenter nos numéros au public, sans quoi ça ne sert à rien », explique-t-elle, un brin fébrile à l’approche des jours J, durant lesquels la relève du cirque d’élite prendra une nouvelle fois son envol.

Loading Slideshow...
  • Les répétitions du spectacle La flèche au coeur

    Photo Charles-Éric Blais-Poulin

  • Les répétitions du spectacle La flèche au coeur

    Photo Charles-Éric Blais-Poulin

  • Les répétitions du spectacle La flèche au coeur

    Photo Charles-Éric Blais-Poulin

  • Les répétitions du spectacle La flèche au coeur

    Photo Charles-Éric Blais-Poulin

  • Le metteur en piste Anthony Venisse

    Photo Charles-Éric Blais-Poulin

  • Les répétitions du spectacle Génération 2.0

    Photo Charles-Éric Blais-Poulin

  • Les répétitions du spectacle Génération 2.0

    Photo Charles-Éric Blais-Poulin

  • Les répétitions du spectacle Génération 2.0

    Photo Charles-Éric Blais-Poulin



Suivre Le HuffPost Québec