NEWS

Wolfgang Schäuble confirme son intérêt pour la présidence de l'Eurogroupe

13/05/2012 08:36 EDT | Actualisé 13/07/2012 05:12 EDT
BERLIN - Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, confirme son intérêt pour exercer la présidence de l'Eurogroupe dans un entretien paru dans le journal dominical "Welt am Sonntag". Une candidature de plus en plus en vue, d'autant que l'actuel titulaire, le Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker, le décrit comme le candidat "idéal".

"En tant que ministre allemand des Finances, je dois m'engager fortement d'une façon ou d'une autre. C'est pourquoi je ne dis pas que je ne pourrai en aucun cas prendre la présidence (de l'Eurogroupe), comme d'autres l'ont fait", dit-il, avant d'ajouter: "Je n'ai pas entendu mes collègues dire: 'Mon Dieu, tout sauf Schäuble'".

Alors qu'Angela Merkel doit avoir un dîner de travail mardi soir avec le nouveau président français François Hollande, partisan d'ajouter des mesures de croissance au Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG), M. Schäuble rappelle en préambule que "les traités qui ont été conclus demeurent valides après les élections. C'est valable également pour le pacte fiscal".

Il a assuré que Berlin écoutera la position de M. Hollande avec respect, redisant l'intérêt de l'Allemagne envers ce besoin de croissance. Mais celle-ci ne peut s'appuyer sur de nouvelles dépenses publiques. "Une dette plus grande ne conduit pas à plus de croissance", dit-il "mais il semblerait logique de mieux réorienter les fonds européens" comme par exemple pour la formation. Ainsi, il est plus important d'aider les jeunes à trouver un emploi que de construire "encore plus d'autoroutes".

Garant de l'orthodoxie budgétaire outre-Rhin, Wolfgang Schäuble a par ailleurs redit l'opposition de Berlin aux euro-obligations (Eurobonds) et au fait de pousser la Banque centrale européenne à faire tourner la planche à billets pour financer les dettes publiques. AP

mw/v0200

PLUS:pc