NEWS

L'ambassadeur de Bulgarie au Yémen échappe à une tentative d'enlèvement

13/05/2012 02:22 EDT | Actualisé 12/07/2012 05:12 EDT
L'ambassadeur de Bulgarie a échappé à une tentative d'enlèvement au Yémen, où la mission diplomatique du sultanat d'Oman à Sanaa été fermée à la suite de "menaces terroristes", ont indiqué dimanche des sources de sécurité et diplomatiques.

"Des hommes armés et cagoulés ont arrêté la voiture de l'ambassadeur de Bulgarie samedi dans le centre de Sanaa dans le but de le kidnapper. Mais le diplomate a réussi à leur échapper et a trouvé refuge dans des magasins aux alentours", a déclaré à l'AFP une source de sécurité, qui a requis l'anonymat.

L'incident a eu lieu vers 17H00 (14H00 GMT) à la rue d'Alger, une artère commerçante du centre de la capitale yéménite, a indiqué une autre source.

Aucune autre précision n'a pu être obtenue sur la tentative d'enlèvement de l'ambassadeur, M. Boris Pursov.

L'ambassade de Bulgarie à Sanaa, interrogée par l'AFP, s'est refusée à tout commentaire.

Sanaa a été relativement épargnée ces dernières semaines par la vague de violences qui continue à secouer le Yémen, notamment dans les provinces du Sud et de l'Est où Al-Qaïda s'est implanté à la faveur de l'affaiblissement du pouvoir central dans la foulée de la révolte l'an dernier contre le régime.

Mais les diplomates semblent maintenant la cible de cette violence.

Outre la tentative de rapt de l'ambassadeur bulgare, la mission diplomatique d'Oman à Sanaa a fermé et son personnel diplomatique a quitté le Yémen, a-t-on appris dimanche de sources diplomatiques arabes.

"La mission diplomatique omanaise a été fermée samedi et les diplomates omanais à Sanaa ont quitté le Yémen, après avoir reçu des menaces terroristes", a déclaré à l'AFP un diplomate arabe.

Il n'a pas précisé la nature de ces menaces mais il s'est dit "surpris" qu'Oman ait fermé sa chancellerie et retiré ses diplomates car "la plupart des missions diplomatiques à Sanaa reçoivent des menaces".

Il a cité notamment les ambassades des cinq monarchies du Golfe et des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu, qui avaient offert leur médiation dans la crise politique au Yémen et contribué à l'accord de sortie de crise conclu en novembre et ayant conduit au départ du président contesté Ali Abdallah Saleh après 33 ans au pouvoir.

Le Yémen est le théâtre de fréquents enlèvements d'étrangers par les tribus fortement armées. Elles ont recours aux rapts généralement pour faire aboutir des revendications auprès des autorités.  

Plus de 200 personnes ont été enlevées au Yémen ces 15 dernières années. Elles ont en grande majorité été libérées saines et sauves.

mou/tm/hj

PLUS:afp