NEWS

La crise en mer de Chine force une réévaluation des relations É.-U.-Philippines

12/05/2012 11:44 EDT | Actualisé 12/07/2012 05:12 EDT
WASHINGTON - L'assurance qu'affiche la Chine ranime la relation historiquement tumultueuse entre les États-Unis et les Philippines.

Alors que Washington se concentre davantage sur la région Asie-Pacifique, les États-Unis et les Philippines ont tenu la semaine dernière la première réunion conjointe de leurs principaux diplomates et chefs de la Défense. Les États-Unis ont augmenté leur aide militaire et se sont engagés à aider leur allié sur le plan de la sécurité navale.

Ces gestes surviennent alors que les Philippines sont dans une impasse avec la Chine à propos de réclamations territoriales opposées en mer de Chine occidentale qui ont alimenté les tensions des deux côtés.

Les États-Unis doivent ainsi marcher sur une très mince ligne diplomatique. Washington ne veut pas envenimer la dispute, mais démontre malgré tout où sont situés ses intérêts stratégiques.

La relation entre les États-Unis et son ancienne colonie s'est fortement développée durant la Guerre froide, mais s'est compliquée lorsque des forces politiques nationalistes ont forcé la fermeture des bases militaires américaines en 1992.

Alors que les États-Unis tentent de renforcer leur présence en Asie du Sud-Est, une région négligée pendant la dernière décennie de guerre en Irak et en Afghanistan, l'alliance entre les deux États acquiert une importance grandissante.

De leur côté, les Philippines regardent vers Washington et ses alliés pour recevoir de l'aide afin d'équiper et de former les forces armées nationales, dans le but de mettre fin aux incursions des navires chinois dans des eaux que Manille considère comme faisant partie de sa zone économique exclusive.

Les sentiments nationalistes dans l'archipel rendent toujours délicat un accroissement de la présence militaire américaine, et une loi interdit la présence d'une base étrangère en sol national. Comme d'autres nations du Sud-Est asiatique, les Philippines ne veulent pas se mettre à dos la principale puissance économique de la région, avec qui le pays devrait avoir des échanges économiques de 60 milliards $ US d'ici 2016.

Les États-Unis doivent également trouver le moyen de s'entendre avec la Chine pour empêcher que leur rivalité stratégique ne dégénère en confrontation.

Le traité de défense mutuelle entre les États-Unis et les Philippines, vieux de 60 ans, pourrait potentiellement plonger Washington dans l'eau chaude dans le cadre d'impasses comme celle ayant actuellement lieu en ce qui a trait au haut-fond Scarborough, où des navires philippins et chinois se font face depuis le 10 avril. Manille semble persuadée que les États-Unis seraient obligés de s'impliquer si un conflit éclatait, mais Washington s'est montrée évasive à ce propos.

La tendance plus générale est que depuis deux ans, les États-Unis ont fait de la liberté de navigation et de la résolution pacifique des disputes dans la mer de Chine occidentale un «intérêt national». Le pays a augmenté sa coopération militaire avec les Philippines dans le domaine de la sécurité maritime après s'être concentré pendant une décennie sur la lutte contre des militants liés à Al-Qaïda dans le sud de l'archipel.

Pour aider les Philippines à reconstruire leur flotte en piteux état, les É.-U. ont fait don d'un navire de la Garde côtière vieux de 45 ans, et prévoit en céder un autre. Washington aide également Manille à développer un système de radars côtiers qui devraient aider le pays à surveiller ses rives.

PLUS:pc