NOUVELLES

Bombes fumigènes: des accusations ont été portées contre quatre personnes

12/05/2012 04:24 EDT | Actualisé 11/07/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Des accusations d'incitation à craindre à des activités terroristes, de complot et de méfaits de plus de 5000 $ ont été déposées samedi contre les quatre personnes soupçonnées d'avoir participé aux attentats à la bombe fumigène dans le métro de Montréal.

Les quatre jeunes gens se sont livrés à la police vendredi en lien avec les événements de jeudi matin. L'homme et les trois femmes ont été arrêtés et demeureront détenus. Ils ont comparu samedi après-midi par vidéo-conférence au palais de justice de Montréal. Ils devraient revenir en cour lundi matin.

L'identité des quatre personnes arrêtées a été dévoilée. Il s'agit de Roxanne Bélisle, âgée de 23 ans et domiciliée à Montréal, de François Vivier-Gagnon (22 ans), de Montréal, de Geneviève Vaillancourt (25 ans), de Montréal et de Vanessa L'Écuyer (22 ans), de Saint-Michel.

Vivier-Gagnon fera face à une accusation additionnelle de possession d'une arme prohibée, soit d'une arme blanche.

Les premiers éléments de l'enquête du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) semblent lier ces individus à l’événement du métro Lionel-Groulx. L'enquête se poursuit toujours pour les incidents qui se sont déroulés aux stations de métro Jean-Talon et Préfontaine.

Vendredi matin, la police a mené une perquisition chez deux des quatre suspects, dans un logement du quartier Hochelaga-Maisonneuve. L’appartement était inoccupé. Plusieurs biens ont été saisis.

Par ailleurs, le Force étudiante critique (FEC), un groupuscule encore plus radical que la CLASSE, a invité, sur son site Internet, la population à participer lundi à «une vigile de solidarité avec les personnes arrêtées dans le cadre de ce dossier et avec toute personne judiciarisée ou blessée dans le cadre de la lutte actuelle».

PLUS:pc