NOUVELLES

Tirs sur la Maison Blanche: deux nouvelles charges contre le suspect

11/05/2012 03:41 EDT | Actualisé 11/07/2012 05:12 EDT

Oscar Ramiro Ortega-Hernandez, accusé de tentative d'assassinat de Barack Obama pour avoir tiré sur la Maison Blanche, a plaidé non coupable vendredi de deux chefs d'accusation supplémentaires et a renoncé à son droit à un procès rapide devant un tribunal de Washington.

Le suspect, qui avait ouvert le feu sur la résidence officielle du président américain en novembre sans faire de blessé, encourt la réclusion criminelle à perpétuité pour 19 chefs d'accusation au total, dont "tentative d'assassinat du président des Etats-Unis" et "atteinte à la propriété des Etats-Unis".

Le gouvernement a ajouté deux charges supplémentaires pour "dommage à une habitation et mise en danger de la vie d'autrui commis sur le territoire américain" ainsi que l'accusation "d'usage d'une arme à feu" associé à cette infraction.

A l'audience de vendredi, Oscar Ramiro Ortega-Hernandez, 21 ans, est arrivé menotté, cheveux longs et barbe fournie, vêtu d'une combinaison bleue marine de prisonnier. Son avocat David Bos a plaidé "non coupable" des deux nouveaux chefs, comme il l'avait fait en janvier pour les 17 autres.

Il a également demandé 60 jours supplémentaires pour préparer la défense, renonçant de fait à son droit à un procès rapide. Le procureur George Varghese ne s'y étant pas opposé, la prochaine audience a été fixée au 20 juillet, date à laquelle l'accusé peut encore décider de plaider coupable pour éviter un procès.

Interpellé le 16 novembre 2011 en Pennsylvanie (est), à 300 km de la capitale, le suspect domicilié dans l'Idaho (nord-ouest), "a, le 11 novembre ou aux alentours, sciemment tenté de tuer le président des Etats-Unis", selon l'acte d'accusation.

Il est accusé d'avoir tiré en direction de la Maison Blanche. Une balle a été retrouvée quelques jours plus tard encastrée dans une vitre blindée du second étage de l'édifice, où réside la famille présidentielle. Mais le président Obama, son épouse et leurs deux filles étaient absents au moment des tirs et personne n'a été blessé.

Selon des témoins, Ortega-Hernandez se présentait comme le "Jésus des temps modernes" et considérait Barack Obama comme le "diable" ou "l'Antéchrist".

chv/bar

PLUS:afp