NOUVELLES

Le quotidien canadien Globe and Mail va devenir payant sur internet

11/05/2012 10:55 EDT | Actualisé 11/07/2012 05:12 EDT

Le quotidien canadien Globe and Mail a annoncé vendredi que son site internet serait payant au-delà d'un certain nombre d'articles consultés, après une chute de ses revenus publicitaires.

Le directeur Phillip Crawley a indiqué lors d'une réunion du personnel rapportée vendredi dans le quotidien que "le journal mettrait en oeuvre un système de compteur payant à l'automne, demandant aux lecteurs de payer s'ils lisent plus qu'un certain nombre d'articles par mois". Il n'a toutefois pas précisé le nombre d'articles gratuits, ni le prix d'un article payant.

Le Globe and Mail suit notamment l'exemple du groupe New York Times, qui comptait en avril 454.000 abonnés payants à ses deux éditions numériques, celle du titre principal et de l'International Herald Tribune, avec une progression de 16% en trois mois.

M. Crawley a dit que cette décision avait été prise en raison "d'un marché de la publicité imprévisible qui a vu les ventes de journaux imprimés et de leur contenu sous forme numérique tomber ce printemps-ci en Amérique du Nord et en Europe".

Il a également indiqué aux employés du quotidien "qu'il leur serait demandé de prendre des congés sans solde cet été" afin de "réduire temporairement les coûts" du journal.

La direction doit consulter le syndicat, la Guilde des médias du sud de l'Ontario (SONG), sur les modalités d'application de cette décision.

La présidente de l'antenne du syndicat au journal, Sue Andrew, a déclaré espérer que les congés sans soldes permettraient de contrôler les coûts.

"Nous espérons que les congés sans solde demandés réduiront considérablement le besoin de procéder à d'autres coupes pour réduire les coûts et que la société organisera des pourparlers avec le syndicat pour minimiser les effets de toute réduction temporaire du personnel", a-t-elle dit, selon l'article du Globe.

Le Globe and Mail s'était allié le mois dernier à son grand concurrent sur le marché torontois The Toronto Star pour mettre en place un réseau de distribution commune afin de réduire les coûts pour les deux journaux.

str/via/jl/gde

PLUS:afp