Huffpost Canada Quebec qc

La mission militaire canadienne en Libye a coûté 350 millions$, pas 50 millions$

Publication: Mis à jour:
CANADA LIBYA MISSION
AFP/Getty Images

OTTAWA - Un document déposé au Parlement révèle que la mission militaire canadienne en Libye a coûté 347,5 millions $. Or, en octobre dernier, le ministre de la Défense, Peter MacKay, disait publiquement que la mission avait coûté moins que les 60 millions $ prévus. Il avançait même, le 27 octobre sur les ondes de la CBC, que la facture était sous les 50 millions $.

Venant à la défense du ministre, les militaires ont maintenu vendredi que la réelle facture était plutôt de 103,6 millions $ puisque seuls les coûts différentiels (qui ne tiennent pas compte des salaires, notamment) doivent être pris en compte, d'après eux.

Et selon le directeur d'état-major, le major-général Jonathan Vance, le ministre MacKay ne parlait à la fin octobre que des coûts déjà encourus et n'a jamais voulu dire que ce serait là la facture finale.

«À ce jour-là, nous avions dépensé (...) presque 50 millions $», a dit le militaire, lors d'une conférence de presse convoquée deux heures après une période des questions aux Communes où le ministre avait subi plusieurs attaques de l'opposition.

En Chambre, vendredi matin, libéraux et néo-démocrates ont accusé le ministre MacKay de tromper les Canadiens, lui rappelant qu'ils n'avaient toujours pas digéré l'affaire des avions de combat F-35. Le vérificateur général a révélé, dans ce dossier-là, que la facture était de 10 milliards $ supérieure à ce qu'admettait publiquement le gouvernement.

«Ce que j'ai dit, c'est qu'en date du 13 octobre, les chiffres que j'avais reçus du ministère étaient sous les 50 millions $, a répondu le ministre à l'attaque d'un néo-démocrate. Bien sûr, la mission a continué. Il y a eu des prolongations. Il y a eu les coûts associés au rapatriement de l'équipement et des militaires.»

À l'extérieur des Communes, l'opposition accusait ouvertement le ministre MacKay de mentir.

«Le nez lui allonge tellement là qu'il est à veille de rejoindre l'opposition», raillait le libéral Denis Coderre.

«Je n'ai pas vu si son nez avait allongé aujourd'hui, mais il semblait se passer quelque chose», a offert le néo-démocrate Paul Dewar, reprenant la métaphore.

Le ministre, lui, a ignoré les questions des journalistes en quittant les Communes. Son collègue John Baird, aux Affaires étrangères, n'a pas voulu commenter les dossiers de la Défense. Le premier ministre Stephen Harper, de passage au Nouveau-Brunswick, s'est contenté de dire que la mission a été accomplie «dans les budgets prévus pour le ministère».

Restaient les militaires pour défendre Peter MacKay.

«Il connaissait les prévisions», a dû admettre le major-général Vance en parlant du ministre.

Le haut gradé n'a pu expliquer pourquoi le ministre parlait d'une prévision de 60 millions $ quant il avait entre les mains, toujours d'après M. Vance, un estimé de 106 millions $ et savait qu'il y aurait encore des frais à payer après la fin de la mission.

La mission a pris fin quelques jours après la déclaration du ministre à la CBC. Un mois plus tard, le ministre se tenait aux côtés de Stephen Harper et du gouverneur général David Johnston sur la colline parlementaire. Tous trois souriaient aux avions militaires qui défilaient au-dessus d'eux pour célébrer la mission qui a participé à la chute de Mouammar Kadhafi. Les coûts de cette cérémonie, 850 000 $, ont été inclus dans la facture finale de 103,6 millions $.