NOUVELLES

GP d'Espagne - L'alternance avec Valence serait "moins risquée" (directeur)

11/05/2012 12:54 EDT | Actualisé 11/07/2012 05:12 EDT

Le directeur du circuit de Catalogne, Salvador Servia, estime qu'une alternance entre les GP de Formule 1 d'Espagne, à Barcelone, et d'Europe, à Valence, serait une solution "moins risquée", même si rien n'est encore écrit ou signé, a-t-il affirmé vendredi à l'AFP.

Pour l'ancien pilote de rallye-raid, le Grand Prix de F1 "est un risque économique, donc si on le prend moins souvent, c'est différent. Aujourd'hui, avec 80.000 personnes le jour du Grand Prix, au lieu de 120.000 il y a quelques années, on ne peut pas se passer de l'argent de la province de Catalogne".

La province "a payé 80% de la construction du circuit, paie l'entretien, mais n'a plus les moyens de faire comme avant. Si on doit le faire tous les deux ans, on s'adaptera, mais pour l'instant ce n'est pas notre volonté", ajoute le patron du circuit catalan, qui a enrayé la chute du nombre de spectateurs.

"Nous avons un contrat signé en 2007, qui court jusqu'en 2016, et l'intention de le respecter. Nous avons un circuit parfaitement entretenu, on vient de faire le Grand Prix d'Espagne pendant 22 ans et notre date pour 2013 est confirmée, le 12 mai. Ce sera notre 23e Grand Prix. On a déjà notre plan de promotion, nos prix, c'est lancé commercialement", ajoute-t-il.

L'avenir de la F1 à Barcelone "passe par l'Europe, notamment les spectateurs français, anglais et allemands, après cinq ans de baisse. Et on a baissé les prix de certains billets d'entrée, comme celui de la pelouse, 120 euros pour les trois jours, ou de certaines tribunes, 50 euros le vendredi pour les essais libres, afin de faire revenir les passionnés".

Le projet d'une alternance est en route, confirme Servia. "On ne ferait pas les années paires (2014, 2016), on est en train d'en parler, mais pour l'instant il n'y a rien d'écrit, même pas de dossier provisoire. Les années paires, ça pourrait être Valence, Magny-Cours ou même Le Castellet", sourit le directeur du circuit en évoquant le serpent de mer d'un nouveau GP de France de F1.

L'alternance en F1 existe déjà en Allemagne, entre Hockenheim et le Nurburgring, rappelle Servia. En revanche, pas question pour Barcelone d'alterner la F1 et le MotoGP, animé par beaucoup de pilotes catalans. Là encore, "ce n'est pas une question de coût mais de risque économique", conclut-il.

dlo/nip

PLUS:afp