NOUVELLES

De Klerk déclenche la polémique en justifiant le concept des bantoustans

11/05/2012 06:57 EDT | Actualisé 11/07/2012 05:12 EDT

L'ancien président blanc Frederik de Klerk a déclenché la polémique en Afrique du Sud vendredi au lendemain d'une interwiew à CNN dans laquelle il refuse de condamner la politique des bantoustans, ces entités territoriales assignées aux Noirs sous l'apartheid.

M. De Klerk, qui a reçu le prix Nobel de la paix en 1993 avec Nelson Mandela pour avoir mis fin au régime de l'apartheid, un système de ségrégation raciale qui cantonnait les Noirs dans dix bantoustans, ou "homelands".

Interrogé sur le rejet jamais exprimé par M. De Klerk des principes de l'apartheid, celui-ci s'est défendu en disant qu'"il avait exprimé ses plus profondes excuses devant la Commission vérité et réconciliation et en d'autres occasions pour les injustices commises sous l'apartheid".

"Ce dont je ne me suis jamais excusé, c'est le concept originel consistant à essayer d'apporter la justice à tous les Sud-Africains avec le concept originel d'Etats-nations", a-t-il ajouté, en référence aux bantoustans.

"Mais en Afrique du Sud, cela a échoué, et à la fin des années 1970, il a fallu commencer à le réaliser et à l'admettre, c'est là que les réformes ont commencé", a-t-il poursuivi.

L'apartheid "a été et reste moralement condamnable vu comment les droits de l'homme ont été bafoués", a-t-il ajouté, dans cette émission diffusée jeudi soir.

"Mais le concept consistant à créer -comme les Tchèques et les Slovaques aujourd'hui- ou à dire que l'unité ethnique, avec une culture et une langue, peut être heureux et combler l'aspiration démocratique à avoir son propre Etat, n'est pas répugnant", a-t-il ajouté.

Egalement interrogé pour savoir s'il regrettait que Mandela ait été en prison 27 ans, M. De Klerk a répondu qu'"il avait été trop longtemps en prison" mais s'est refusé à qualifier d'injustice la condamnation de Mandela en 1964.

L'interview a déclenché de nombreuses réactions sur les radios, sites internet ou réseaux sociaux, pour attaquer l'ancien président blanc ou le défendre.

"FW de Klerk n'a jamais vécu dans un homeland ou souffert l'humiliation des expulsions forcées", a réagi un animateur radio noir, DJ Fresh sur Twitter.

L'universitaire et commentateur politique Eusebius McKaiser a appelé le public à dire s'il jugeait que FW de Klerk méritait son prix Nobel de la paix.

Etats-fantoches jamais reconnus internationalement, abolis en 1993, les bantoustans furent délimités dans les années 1950, parallèlement à une loi réservant les villes aux Blancs et en expulsant les autres à coup de bulldozers.

jcm-clr/hba

PLUS:afp