NOUVELLES

Tour d'Italie - 5e étape: déclarations

10/05/2012 12:56 EDT | Actualisé 10/07/2012 05:12 EDT

Mark Cavendish (GBR/Sky), vainqueur de l'étape: "Devant ma compagne et ma fille, je ne pouvais pas me louper. C'est la première fois que Delilah Grace me voit courir et c'est aussi la première fois qu'elle monte avec moi sur le podium. Avez-vous remarqué qu'elle était habillée en rose ? Je suis très fier d'elle et je voudrais qu'elle le soit de moi. Je suis vraiment très content, c'est une très belle journée. Nous en sommes à deux victoires dans ce Giro, j'aimerais en gagner une autre. Nous sommes une grande équipe. Comme je n'ai pas dormi après ma chute, je n'étais pas à 100 %, je me sentais fatigué. Mais je me suis dit, on verra bien. Les 100 derniers mètres ont été difficiles, ils m'ont paru très longs. Goss était tout près. Le record des victoires d'étape dans un Giro ? Pour moi, l'important est de gagner, de lever les bras. La comparaison avec Cipollini ? Ce sont des courses différentes, des époques différentes. Chaque Giro est différent. Mon objectif, je le répète, c'est de gagner. Pour moi, pour ma famille, pour mon équipe."

Matt Goss (AUS/GreenEdge), 2e de l'étape: "Que voulez-vous, Cavendish est bien le plus fort. Nous avons produit notre effort en même temps et il a terminé devant moi. Comme je lui emmenais le sprint auparavant, je n'ai pas l'habitude de courir pour mon propre compte. Mais j'apprécie de courir pour moi, d'avoir une équipe qui croit en moi. Est-il imbattable ? Si je le pensais, ça n'aurait pas de sens de tenter ma chance."

Daniele Bennati (ITA/RadioShack), 3e de l'étape: "Je l'avais annoncé, mon Giro commence en Italie. Je n'avais plus couru depuis Paris-Roubaix et je m'attendais à souffrir dans les premières étapes. Mais déjà, dans le contre-la-montre par équipes, j'ai senti que ça allait mieux. Aujourd'hui, il y a devant moi deux champions, je ne peux donc pas me plaindre. Il y aura encore d'autres occasions, plus favorables. Je suis confiant."

jm/es

PLUS:afp