NOUVELLES

Rebond des cours du pétrole à l'ouverture à New York

10/05/2012 09:37 EDT | Actualisé 10/07/2012 05:12 EDT

Les cours du pétrole ont ouvert en légère hausse jeudi à New York, rebondissant à la suite d'un indicateur satisfaisant sur l'emploi aux Etats-Unis dans un marché toujours suspendu à la situation en Europe.

Vers 13H30 GMT, le baril de "light sweet crude" pour livraison en juin gagnait 61 cents par rapport à mercredi, à 97,42 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"On monte un peu aujourd'hui, après la consolidation d'hier et les baisses des derniers jours, grâce aux chiffres sur les nouvelles inscriptions au chômage qui ont été fidèles aux attentes", a commenté Tom Bentz, de BNP Paribas.

Les nouvelles inscriptions au chômage ont en effet baissé aux Etats-Unis pour la deuxième semaine d'affilée, selon des chiffres publiés jeudi à Washington par le département du Travail.

Le ministère a indiqué que 367.000 demandes d'allocations de chômage avaient été déposées dans le pays du 29 avril au 5 mai, soit 0,3% de moins que la semaine précédente et un peu plus que le pensaient les analystes dont la prévision médiane donnait son indicateur à 365.000 nouveaux chômeurs.

"Le marché semble aimer ces chiffres" ce qui "permet de prendre une respiration après l'inquiétude pour la situation en Europe, suite aux élections du week-end" en Grèce et en France, a noté M. Bentz.

Le marché pétrolier "tente de rebondir après un repli pendant six jours d'affilée, la plus longue baisse depuis 2010", a souligné Matt Smith, de Summit Energy (groupe Schneider Electric).

Les opérateurs relevaient toutefois que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a maintenu jeudi quasiment au même niveau sa prévision de demande mondiale de brut pour 2012, toujours inquiète pour la zone euro mais rassurée par les bonnes performances de l'économie américaine.

Dans son rapport mensuel, l'Opep a évalué à 88,67 millions de barils par jour (mbj) la demande de brut pour 2012, contre 88,64 mbj il y a un mois.

"Etant donné la stabilisation de l'économie américaine et la fermeture des centrales nucléaires japonaises, la demande mondiale de pétrole a --du moins à court terme-- arrêté sa tendance négative et montre un peu de croissance", a expliqué le cartel dans son rapport.

Si Commerzbank dit s'attendre à ce que le baril rebondisse rapidement au-delà de 100 dollars le baril, Matt Smith, plus prudent, a souligné que le cartel a fait état d'une offre supérieure à la demande, ce qui pourrait présager d'une baisse des cours.

sab/ved/mdm

PLUS:afp