Manifestations étudiantes : le Commissaire à la déontologie policière a reçu 75 plaintes

Radio-Canada.ca  |  Publication: 10/05/2012 06:58 Mis à jour: 10/05/2012 20:01

Radio-Canada a appris que 75 plaintes ont été déposées auprès du Commissaire à la déontologie policière pour dénoncer le comportement des policiers lors des manifestations étudiantes des dernières semaines au Québec.

Les plaintes sont reliées à des événements tenus à Montréal, Gatineau, Sherbrooke, Saguenay et Victoriaville.

Les émeutes de Victoriaville dans la mire des plaignants

Le commissaire a jusqu'ici reçu trois plaintes concernant le travail des policiers à la manifestation organisée à Victoriaville vendredi dernier, à l'occasion du conseil général du Parti libéral du Québec.

Six civils et trois policiers ont été blessés au cours de l'émeute. Deux manifestants ont subi un traumatisme crânien, et l'un d'eux a perdu l'usage d'un oeil. Des boules de billard ont notamment été lancées sur les policiers, tandis que des casseurs ont lancé des pierres sur des véhicules de la Sûreté du Québec (SQ), brisant les fenêtres.

Des voix, dont celles de Québec solidaire et de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics, se sont élevées pour réclamer une enquête publique indépendante sur le travail policier à ce rassemblement. Elles dénoncent notamment l'utilisation de balles de plastique par les policiers.

Le commissaire doit évaluer la pertinence de l'ensemble de ces plaintes et les référer au comité de déontologie s'ils les jugent fondées. Le cas échéant, le comité - un tribunal administratif spécialisé - sera ensuite appelé à déterminer s'il y a eu infraction au code de déontologie que doivent respecter les agents de la paix.

Ce ne sont pas que les présumées victimes qui peuvent dénoncer le travail des policiers. Des témoins peuvent eux aussi porter à l'attention du commissaire des gestes présumés de brutalité policière même s'ils n'étaient pas présents lors des scènes qu'il dénoncent. Ils peuvent formuler une plainte pour un incident qu'ils auraient vu à la télévision ou sur Internet.

Suivre Le HuffPost Québec

Publié par Myriam Lefebvre  |