NOUVELLES

Elections législatives en Algérie: début des opérations de vote (AFP)

10/05/2012 03:42 EDT | Actualisé 09/07/2012 05:12 EDT

Les électeurs algériens se rendaient aux urnes jeudi pour élire leurs députés lors d'un premier scrutin test organisé après le Printemps arabe, avec pour enjeu le score des islamistes et la participation, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les bureaux de vote ont ouvert à 08hO0 locales (07h00 GMT) pour permettre à plus de 21,5 millions d'électeurs de désigner 462 députés au cours de ce scrutin à la proportionnelle à un tour, selon les autorités.

Rachid Zeroual, ancien militant du Front de Libération Nationale et ancien adjoint au maire d'Alger, faisait partie des premiers électeurs à glisser le bulletin dans l'urne dans un bureau installé dans le quartier historique d'Alger.

"Il faut donner plus de chance à cette jeunesse après 50 ans au pouvoir. L'ancienne génération doit maintenant passer le flambeau. Moi j'ai voté pour un profond changement comme l'a déclaré le président Bouteflika", a déclaré M. Zeroual.

Mercredi, le président Abdelaziz Bouteflika a exhorté les Algériens, surtout les jeunes, à voter alors que la plupart d'entre eux se déclarent indifférents à la vie politique. M. Bouteflika, 75 ans, leur a assuré que "sa génération avait fait son temps" en Algérie, qui fête cette année ses 50 ans d'indépendance.

La télévision d'Etat a diffusé des images montrant une foule dense devant un bureau de vote à Tiaret (350 km au sud d'Alger) et des électeurs se précipiter à l'intérieur pour aller voter. Elle a également montré des images montrant des femmes venues accomplir très tôt leur devoir d'électrice à Illizi, à 1.850 km au sud-est d'Alger.

Le taux de participation devrait être connu après la fermeture des bureaux de vote et les premiers résultats annoncés vendredi dans la matinée.

Le scrutin sur l'ensemble du territoire a été placé sous l'observation de quelque 500 étrangers, dont quelque 150 observateurs de l'UE, d'autres de la Ligue arabe, de l'Organisation de la Conférence Islamique (OCI) de l'ONU et d'ONG américaines.

L'Algérie vit depuis des années au rythme de manifestations et d'émeutes contre le chômage, la vie chère, l'absence de logements et de soins qui se sont aggravées en janvier 2O11 dans la foulée de la révolution en Tunisie frontalière.

Face à cette situation, le président Bouteflika a lancé un programme de réformes sans réussir à convaincre les électeurs dont un grand nombre avait annoncé leur intention de boycotter le scrutin.

De premiers scrutins itinérants ont également commencé dans le sud désertique du pays où vivent des populations nomades, tandis qu'à l'étranger les Algériens ont commencé à voter depuis le 5 mai pour élire 8 députés.

Les bureaux fermeront à 19h00 locales, sauf prolongations autorisées au cas par cas, selon les autorités. De premiers scrutins itinérants ont déjà commencé dans le sud désertique du pays où vivent des populations nomades.

A l'étranger les Algériens ont commencé à voter depuis le 5 pour élire 8 députés parmi 44 partis, dont sept islamistes et 21 nouvelles formations, et des listes d'indépendants.

Abh-bmk/sba

PLUS:afp