NOUVELLES

Procès Stafford: Rafferty est aussi coupable que McClintic, martèle la Couronne

09/05/2012 08:20 EDT | Actualisé 09/07/2012 05:12 EDT

LONDON, Ont. - Terri-Lynne McClintic et Michael Rafferty ont enlevé et tué Victoria Stafford ensemble et sont donc tous les deux coupables, a martelé la Couronne mercredi dans le cadre du procès de Rafferty à London, en Ontario.

Dans son plaidoyer final, le procureur Kevin Gowdey a rappelé au jury que, lors de son témoignage, McClintic avait admis avoir promis à son copain qu'elle prendrait le blâme s'ils étaient arrêtés pour le meurtre de la fillette de 8 ans.

Après être passée aux aveux en mai 2009, la jeune femme avait toujours maintenu que c'était Michael Rafferty qui avait assassiné la gamine qu'elle avait enlevée pour lui. Elle s'est toutefois ravisée quelques jours avant le début du procès de son ancien amoureux, affirmant que c'était plutôt elle qui avait tué celle que ses proches surnommaient Tori.

Mercredi, M. Gowdey a prévenu les jurés que ce revirement résultait peut-être de la promesse faite par Terri-Lynne McClintic à son amant. Reconnaissant que la culpabilité de McClintic ne faisait aucun doute, il a tout de même insisté sur le fait qu'elle n'avait pas agi seule dans cette histoire.

Âgé de 31 ans, Michael Rafferty a plaidé non coupable à des accusations de meurtre prémédité, d'agression sexuelle ayant causé des blessures et d'enlèvement. Son ex-petite amie purge une peine d'emprisonnement à vie après avoir plaidé coupable à une accusation de meurtre prémédité il y a deux ans.

Kevin Gowdey a aussi remis en question la version de McClintic selon laquelle elle aurait piqué une crise après avoir vu son copain violer Victoria Stafford et tué l'enfant dans un accès de rage. Il a dit douter que, dans sa colère meurtrière, la jeune femme ait pris le temps de nouer un sac d'ordures sur la tête de la victime avant de lui asséner plusieurs coups de marteau.

Selon lui, Michael Rafferty et McClintic savaient tous les deux que Tori ne retournerait jamais chez elle, et ce, dès le moment où ils l'ont enlevée près de son école primaire à Woodstock, en Ontario, le 8 avril 2009.

Durant le procès, l'avocat de Michael Rafferty a laissé entendre que c'était Terri-Lynne McClintic qui avait orchestré toute l'affaire, qu'il n'y avait eu aucune agression sexuelle et que son client avait plus ou moins été le témoin impuissant des plans tordus de son amante.

Le juge de la Cour supérieure Thomas Heeney a prévenu les jurés qu'il leur donnerait ses instructions jeudi avant de les envoyer délibérer.

PLUS:pc