Québec interdit les salons de bronzage aux mineurs

Publication: Mis à jour:
SALON BRONZAGE LOI
Le gouvernement du Québec devrait déposer un projet de loi la semaine prochaine interdisant les salons de bronzage aux mineurs. | Shutterstock

Radio-Canada a appris que le gouvernement du Québec devrait déposer un projet de loi la semaine prochaine interdisant les salons de bronzage aux mineurs, comme l'ont déjà fait la ville de Victoria en Colombie-Britannique et la Nouvelle-Écosse.

Après plusieurs pétitions déposées à l'Assemblée nationale et des auditions publiques fin février sur les liens entre le cancer de la peau et le bronzage artificiel, le ministre de la Santé, Yves Bolduc, a décidé d'appliquer aux salons de bronzage le même principe qu'à la cigarette.

Le ministre s'était déjà dit ouvert à une telle réglementation, mais disait attendre les recommandations de la Commission parlementaire de la santé et des services sociaux, rendues publiques fin mars. La commission suggérait d'imposer un âge minimal pour l'utilisation des lits de bronzage, de baliser la formation dédiée aux opérateurs de lits de bronzage et de mettre en place un registre des commerces qui offrent des services de bronzage artificiel.

En 2009, l'Organisation mondiale de la santé a classé les lits de bronzage dans la même catégorie que la cigarette pour les risques de cancer et recommande leur interdiction aux moins de 18 ans. Son Centre international de recherche sur le cancer a déterminé que l'utilisation de lits de bronzage avant l'âge de 35 ans entraîne une augmentation de 75 % du risque de mélanome.

Selon Mélanie Champagne, de la Société canadienne du cancer, qui a mené des campagnes pour l'interdiction de la vente de services de bronzage artificiel aux jeunes de moins de 18 ans, les adolescents sont de plus en plus nombreux à fréquenter les salons de bronzage.

« La peau est plus fragile, la peau n'a pas fini de se développer, donc ils sont beaucoup plus sensibles à l'accumulation de rayons UV, donc aux dommages causés à leur peau », affirme-t-elle.

Le ministre de la Santé, Yves Bolduc, devrait présenter le projet de loi au cours des prochains jours, à quelques semaines des bals de finissants. Ce n'est pas un hasard : les adolescentes sont, semble-t-il, beaucoup plus nombreuses à fréquenter les salons de bronzage en prévision de leur bal.

Plusieurs pays, dont la France, l'Allemagne, ainsi que plusieurs États de l'Australie et des États-Unis, interdisent déjà aux moins de 18 ans la fréquentation des salons de bronzage.

Au Canada, seules la Nouvelle-Écosse et la ville de Victoria, en Colombie-Britannique, ont adopté de telles politiques, mais le débat est en cours dans la plupart des provinces du pays.