NOUVELLES

Les conservateurs grecs mettent en garde contre une sortie de l'euro

09/05/2012 07:24 EDT | Actualisé 09/07/2012 05:12 EDT

ATHENS, Greece - Les conservateurs grecs ont mis en garde mercredi contre une sortie de l'euro, estimant que cela entraînerait une catastrophe "certaine et immédiate".

Le parti d'Antonis Samaras, Nouvelle démocratie, est arrivé en tête lors des législatives de dimanche, mais il n'est pas parvenu à former un gouvernement. Si le chef de la Coalition de la gauche radicale (Syriza), Alexis Tsipras, ne parvient pas à former un gouvernement dans les trois jours, la tâche sera confiée au chef du PASOK (socialiste), Evangelos Venizelos.

MM. Samaras et Tsipras doivent se rencontrer dans la journée. Si aucun parti ne parvient à former de gouvernement, de nouvelles élections devront être organisées.

Résolument opposé aux mesures d'austérité imposées au pays, Alexis Tsipras a affirmé mardi que les engagements pris par Athènes en échange de l'aide internationale n'étaient plus valables, car ils avaient été sanctionnés par les électeurs. "Il n'est pas possible de refaire passer en douce ce que le peuple grec a rejeté" lors du scrutin, a-t-il déclaré.

Antonis Samaras a affirmé mercredi qu'il était impératif que la Grèce reste au sein de la zone euro. S'il juge réaliste de renégocier les accords, "c'est une chose complètement différente de les dénoncer de façon unilatérale". Cela "entraînera un effondrement interne immédiat et une faillite internationale".

Les conservateurs ont obtenu 108 sièges sur 300 au Parlement, contre 52 pour Syriza, qui ne peut donc former un gouvernement sans le soutien d'Antonis Samaras. AP

ir/v323

PLUS:pc