NOUVELLES

Le pétrole finit en baisse à New York, plombé par un dollar fort

09/05/2012 03:23 EDT | Actualisé 09/07/2012 05:12 EDT

Les cours du pétrole ont reculé pour la sixième séance consécutive mercredi à New York, plombés par un dollar fort dans un contexte de nouvelle hausse de l'offre de brut aux Etats-Unis.

Le baril de "light sweet crude" pour livraison en juin a fini en baisse de 20 cents par rapport à mardi, à 96,81 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"L'euro a atteint un nouveau plus bas depuis le 23 janvier en cours d'échanges" tombant à 1,2912 dollar vers 14H20 GMT, ce qui pesait lourdement sur les prix du pétrole, a noté Tom Bentz, de BNP Paribas.

En effet, le renforcement du billet vert rendait moins attractifs les achats de matières premières, libellées en dollar, pour les investisseurs munis d'autres devises.

"On a commencé la séance en baisse à cause de la zone euro qui rend les investisseurs de plus en plus nerveux", a précisé M. Bentz.

Trois jours après les élections législatives en Grèce, le pays, qui est toujours en quête d'un gouvernement, affirme être disposé à remettre en cause ses engagements de rigueur, massivement rejetés par l'électorat, un recul qui repose la question de son maintien dans l'euro et affole les investisseurs.

"Qu'elle soit réelle ou non, la possibilité que la Grèce puisse quitter la zone euro inquiète car cela créerait un précédent dans le sens où cela définirait une stratégie de départ que d'autres pourraient être tentés de suivre, comme l'Espagne ou l'Italie", a souligné Phil Flynn, de PFG Best. "C'est une situation très incertaine".

En outre, les investisseurs digéraient la nouvelle hausse des réserves de brut aux Etats-Unis, annoncée mercredi par le département américain de l'Energie (DoE) dans un rapport hebdomadaire pour la semaine achevée le 4 mai, dans un contexte de reprise économique toujours terne.

Les réserves de brut ont augmenté pour la septième semaine consécutive, s'étoffant de 3,7 millions de barils contre 2 millions attendus seulement, portant l'offre en brut aux Etats-Unis à des niveaux records depuis plus de deux décennies.

ppa/sl/sam

PLUS:afp