NOUVELLES

Europa League - Bucarest en rouge et blanc, ambiance bière et bon enfant

09/05/2012 01:26 EDT | Actualisé 09/07/2012 05:12 EDT

Quelque 25.000 supporteurs de l'Atletico Madrid et de l'Athletic Bilbao vêtus de maillots à rayures rouge et blanc ont envahi le centre de Bucarest, où a lieu la finale de l'Europa League mercredi soir, dans une ambiance bon enfant, entre chants qui s'élèvent et descente de bière.

Des "fanzones" ont été établies par l'UEFA sur la place de la Constitution pour les supporteurs basques, en face de l'actuel Parlement et palais grandiose de l'ex-dictateur Nicolae Ceaucescu, tandis que les fans madrilènes se regroupent place George Enescu, à deux kilomètres, face à l'ancien palais royal.

Mais c'est le centre historique, "Centrul Vechi", qui est pris d'assaut par une vague rouge et blanc, les deux équipes partageant le même maillot.

Elles présentent, en effet, un certain cousinage depuis que des étudiants basques ont créé au début du XXe siècle à Madrid ce qui devait être une sorte de filiale de leur club de Bilbao.

Cousinage jusque dans les harangues des supporteurs, qui crient leur amour de "l'Atleti", qui peut désigner tout aussi bien "l'Athletic" au son du "c" final amuï que le diminutif de l'Atletico...

Mais c'est parfois plus clair, avec par exemple les "Que viva Espana !" entonnés par les Madrilènes, ou les slogans insultants visant Florentino Perez de la part des Basques, qui reprochent au président du Real Madrid de ne pas avoir cédé son vaste stade Santiago-Bernabeu pour la finale de la Coupe d'Espagne, disputée par l'Athletic contre le FC Barcelone le 25 mai. Qui sera du coup jouée au stade Vicente-Calderon, l'antre de... l'Atletico Madrid.

Des forces de l'ordre discrètes surveillent avec goguenardise cet afflux chamarré, et certains policiers n'hésitent pas à se faire prendre en photos avec ces supporteurs.

Les autorités roumaines ont mobilisé, dans la mesure du possible, des policiers sachant des rudiments d'espagnol.

Dans ce quartier très festif du centre, de nombreux bars, pubs et restaurants alignés en ribambelle proposaient la diffusion du match, avec parfois une touche de confusion dans ces noms si proches, et des coquilles comme pour "Athletico Madrid"...

Alors que l'Espagne est un pays de prédilection pour des centaines de milliers d'immigrants roumains, le match suscite un fort intérêt dans toute la Roumanie.

Depuis mardi, la bière coule à flots dans la capitale roumaine. Selon le maire de Bucarest, Sorin Oprescu, plus de 200.000 litres de bière avaient été consommés jusqu'au début de l'après-midi de mercredi par les fans espagnols.

L'excès est également parfois de mise dans le prix des chambres d'hôtel: certains ont atteint les 4000 euros, selon l'agence de presse roumaine Mediafax.

La presse roumaine s'est aussi mise à l'heure espagnole: le quotidien sportif GSP, le plus vieux d'Europe, a publié mercredi une édition totalement bilingue.

ybl-iw/sk

PLUS:afp