NOUVELLES

Euro-2012 dames - Dernier sommet européen à Bruxelles avant les Jeux

09/05/2012 09:54 EDT | Actualisé 09/07/2012 05:12 EDT

A moins de 80 jours des Jeux de Londres, les Championnats d'Europe de gymnastique artistique féminine offrent un avant-goût de la bataille olympique, concentrée pour l'heure entre Russes et Roumaines.

Ce sommet européen, qui délivrera cette année un titre par équipes samedi et quatre aux agrès dimanche, se tiendra sans sa reine d'Angleterre Beth Tweddle, opérée pour un petit problème à un genou.

Malgré l'absence de la Russe Anna Dementyeva, la championne d'Europe du concours général et sa dauphine allemande Elisabeth Seitz, l'or européen est loin d'être dévalué en ce mois de mai.

La délégation russe envoie ses championnes du monde Alyia Mustafina (concours général et par équipes 2010) et Viktoria Komova (barres 2011) pour défendre son titre et contrer les ambitions de la Roumanie, mais aussi envoyer un signal aux Américaines et Chinoises avant le grand défilé à Londres cet été.

Sans titre en jeu au concours général, les deux perles de la gymnastique russe pourraient cependant ne pas tourner sur les quatre agrès.

Alyia Mustafina pourrait limiter les risques, elle qui avait été victime d'une rupture du ligament croisé du genou gauche aux précédents Championnats d'Europe à Berlin et a eu tant de mal à accepter de ne pouvoir défendre ses titres aux Mondiaux à Tokyo en octobre.

Viktoria Komova s'affiche comme la grande favorite aux barres asymétriques avec la Française Youna Dufournet, d'autant plus que l'absence de Tweddle met son titre aux enchères.

Les Roumaines ont encaissé la retraite de leur championne de l'élégance Ana Porgras, qui a mis fin à sa carrière en janvier à la surprise générale, mais profitent pleinement du retour de leur star olympique Catalina Ponor, sortie elle de sa retraite l'été dernier.

A 24 ans, la triple médaillée d'or des Jeux d'Athènes en 2004 pourrait bien s'offrir une sixième couronne européenne, six ans après sa dernière conquise à la poutre. Et l'autre championne olympique roumaine, Sandra Izbasa, a montré avec ses deux titres au sol et au saut l'an dernier qu'elle n'était pas non plus finie, à 21 ans.

Derrière les deux incontournables puissances de la gymnastique européenne, la France, l'Ukraine, et l'Italie convoitent la troisième place du podium.

Le programme (en heure locale, GMT+2)

Jeudi 10 mai: qualifications de 10h00 à 19h30

Samedi 12 mai: finale par équipes de 15h00 à 17h15

Dimanche 13 mai: finales par appareils de 14h00 à 17H00

stp/gv

PLUS:afp