Des émanations toxiques ont eu lieu à une usine de Saint-Jean-sur-Richelieu

PC  |  Par Publication: 09/05/2012 04:47 Mis à jour: 09/05/2012 17:30

SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU, Qc - Des émanations toxiques de cyanure d'hydrogène ont été rapportées deux fois depuis mardi soir à l'usine Thomas & Betts située à Saint-Jean-sur-Richelieu, en Montérégie.

Urgence-Environnement affirme qu'un premier incident a été signalé vers 23h00. Des capteurs électroniques ont détecté dans l'air une trop forte présence de ce produit toxique pour l'humain et qui peut aussi s'enflammer au contact de l'eau. On n'a rapporté aucun blessé et personne n'a été gravement incommodé mais une centaine de travailleurs de l'usine ont dû être évacués.

Vers 5h30, mercredi, la présence dans l'air de cyanure d'hydrogène a été mesurée à deux parties par million, ce qui a permis le retour du personnel. Cependant, environ une trentaine de minutes plus tard, les alarmes se sont de nouveau fait entendre, provoquant une deuxième évacuation.

D'autres mesures seront effectuées mercredi, cette fois par un laboratoire mobile d'Environnement Québec, et le fonctionnement des capteurs électroniques sera inspecté. L'état de l'égout pluvial voisin devra être vérifié car les émanations proviennent d'une fuite de cyanure d'hydrogène dans le sol.

Aucune évacuation résidentielle n'a jusqu'ici été ordonnée, bien que des résidences soient situées à environ 50m de l'usine de la rue Thomas.

Le coordonateur des mesures d'urgence pour la Montérégie du ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, Christian Blanchette, assure que les autorités suivent la situation de près.

Thomas & Betts, dont le siège social canadien est situé à cette usine, se spécialise dans la fabrication d'une multitude de pièces requises par la transmission du courant électrique. C'est la deuxième fois en environ deux ans que les autorités environnementales doivent intervenir à cet endroit pour une émanation toxique de cyanure d'hydrogène.

-

Suivre Le HuffPost Québec

Publié par Patrick White  |