NOUVELLES

Barack Obama devient le premier président américain à appuyer le mariage gai

09/05/2012 03:29 EDT | Actualisé 09/07/2012 05:12 EDT

WASHINGTON - Barack Obama est entré dans l'histoire, mercredi, en devenant le premier président des États-Unis à se déclarer favorable au mariage homosexuel, une question très controversé pour de nombreux Américains.

«J'ai tout simplement conclu que pour moi, personnellement, il est important que j'aille de l'avant et que j'affirme que les conjoints de même sexe devraient avoir la possibilité de se marier», a déclaré le président Obama lors d'une entrevue avec la chaîne télévisée ABC News.

L'entrevue survient trois jours après que le vice-président, Joe Biden, eut exprimé sans équivoque son soutien au mariage entre conjoints de même sexe.

Dans une transcription de l'entrevue publiée par ABC, Barack Obama affirme que sa position a évolué au fil des ans et qu'il a discuté de la question avec ses amis, sa famille et ses voisins. Il a aussi évoqué des discussions avec certains de ses employés qui sont eux-mêmes engagés dans des relations stables avec un conjoint de même sexe.

Le président a aussi parlé des militaires «qui combattent en (son) nom et qui se sentent contraints (...) parce qu'ils ne sont pas en mesure de s'engager dans le mariage», malgré l'abrogation récente de la loi «Don't Ask, Don't Tell», qui interdisait aux militaires gais d'afficher ouvertement leur orientation sexuelle.

Barack Obama a aussi affirmé que sa femme, Michelle, avait influencé sa décision. «C'est une chose dont nous avons parlé au fil des années (...) et elle pense la même chose que moi», a-t-il dit.

Le fait que les deux filles du président aient des amis dont les parents sont homosexuels a aussi joué un rôle, a dit M. Obama.

«Il ne viendrait jamais à l'esprit de Malia et de Sasha que les parents de leurs amis puissent être traités différemment», a déclaré le président. «Cela n'a pas de sens pour elles et honnêtement, c'est le genre de chose qui pousse à un changement de perspective.»

«C'est un jour historique», a estimé Justin Ruben, directeur du groupe de lobbying progressiste MoveOn.org, dans un communiqué. «Le soutien du président envers l'égalité dans le mariage est une grande nouvelle qui va stimuler les militants progressistes à travers le pays.»

Michael Keegan, président du groupe People For The American Way, a estimé qu'avec cette prise de position, les Américains progressistes retrouveraient confiance en Barack Obama. «Pour des milliers de partisans qui ont fait des dons et participé à la campagne pour faire élire Obama en 2008, c'est un puissant rappel de la raison pour laquelle nous étions si passionnés pour ce président au départ», a-t-il affirmé.

L'entrevue, menée par l'animateur Robin Roberts, était un événement très attendu mercredi dans la capitale fédérale américaine. Les journalistes affectés à la Maison-Blanche ont attendu impatiemment que la chaîne ABC publie les détails de la déclaration du président.

Les blogues politiques, les sites Internet de nombreux médias et les réseaux sociaux y étaient allés de leurs prédictions sur ce que le président dirait dans l'entrevue.

La question du mariage gai représente un terrain glissant pour Barack Obama.

Le président a besoin de remporter certains États cruciaux s'il veut être réélu en novembre. Mardi, les électeurs de la Caroline du Nord ont voté pour renforcer l'interdiction du mariage gai dans l'État lors d'un référendum. Un autre État clé, le Colorado, a quant à lui bloqué une mesure qui aurait autorisé le mariage entre conjoints de même sexe.

M. Obama a remporté la Caroline du Nord de justesse en 2008, mais a gagné le Colorado plus facilement. Mardi soir, Barack Obama a déclaré qu'il était «déçu» par le résultat du référendum en Caroline du Nord.

La nouvelle prise de position du président survient après des années de calculs politiques sur la question. Les jeunes Américains qui ont massivement voté pour M. Obama en 2008 soutiennent le mariage gai dans une grande majorité, tandis que les Afro-Américains qui ont aussi largement voté pour lui s'y opposent. Il aura besoin des votes de ces deux groupes d'électeurs s'il veut être reconduit à la présidence. Mais il aura aussi besoin des voix d'un autre groupe clé de l'électorat démocrate: la communauté homosexuelle.

De récents sondages laissent croire que la question n'est peut-être plus aussi controversée qu'elle l'a déjà été. Un sondage Gallup rendu public cette semaine suggère que 50 pour cent des Américains adultes sont favorables au mariage entre conjoints de même sexe. Les démocrates soutiennent le mariage gai à 65 pour cent, tandis que les électeurs indépendants y sont favorables dans une proportion de 57 pour cent. Chez les républicains, ils sont 74 pour cent à penser que de telles unions devraient être illégales.

Le probable adversaire républicain de Barack Obama à la présidentielle de novembre, Mitt Romney, a réitéré son opposition au mariage gai mercredi, dans une entrevue réalisée avant la publication de la prise de position du président.

«Je ne suis pas favorable au mariage entre personnes du même sexe et je ne suis pas favorable aux unions civiles si elles sont comme un mariage mais sous une appellation différente», a dit M. Romney à une chaîne télévisée de Denver. «Mon opinion, c'est que les bénéfices du partenariat domestique, les droits de visite à l'hôpital et les autres droits semblables sont appropriés, mais que les autres ne le sont pas».

PLUS:pc