NOUVELLES

Syrie: trois civils tués par les troupes, bombardements dans le centre (ONG)

08/05/2012 06:41 EDT | Actualisé 08/07/2012 05:12 EDT

Trois civils ont été tués mardi en Syrie par les troupes gouvernementales, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Une femme et un homme ont été tués lors d'un assaut des troupes sur le village de Tamanaa, dans la province d'Idleb (nord-ouest), a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, président de l'OSDH, ajoutant qu'un civil avait été abattu par un tireur embusqué à Homs (centre).

Par ailleurs, des militants sur place ont fait état de bombardements aux obus de mortier sur la citadelle médiévale de Qalaat al-Madiq, dans la province de Hama (centre) ainsi que sur celle du Krak des Chevaliers, dans la province voisine de Homs.

"Qalaat al-Madiq est sous le feu des forces du régime depuis des semaines à cause de sa proximité avec Idleb, un des points les plus chauds de Syrie, et parce que la région de Hama est l'une des premières à s'être soulevée contre le régime", a déclaré à l'AFP Maryam al-Hamouiya, militante sur place.

En outre, les forces gouvernementales ont mené des perquisitions et arrêté plusieurs jeunes hommes à Douma, près de Damas, selon l'OSDH.

Mohammad al-Doumani, militant sur place, a précisé à l'AFP qu'"environ 500 militaires" s'étaient déployés dans cette banlieue. "Dans le seul quartier de Soueidan, proche du centre-ville, une quinzaine de personnes ont été arrêtées", a-t-il rapporté.

"Quand les troupes perquisitionnent, elles entrent par la force dans les maisons et arrêtent quiconque a manifesté ou regardé Al-Jazeera sur son ordinateur (...) ils ne recherchent pas que les militants", a-t-il expliqué.

De plus, selon lui, "quand ils veulent arrêter un militant, ils arrêtent plusieurs autres personnes du quartier, de façon totalement arbitraire".

Ces violences interviennent quelques heures avant un compte-rendu prévu de l'émissaire international pour la Syrie Kofi Annan devant le Conseil de sécurité de l'ONU, près d'un mois après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu prévu par son plan mais continuellement ignoré depuis.

Lundi, alors que le régime organisait des élections législatives boycottées par l'opposition et dénoncées par la communauté internationale, 25 personnes ont péri dans des violences, selon l'OSDH. Il s'agit de 17 civils, de trois déserteurs et de cinq soldats de l'armée régulière.

La Syrie est en proie depuis le 15 mars 2011 à une révolte sans précédent contre le régime du président Bachar al-Assad.

La répression et les combats ont fait plus de 11.100 morts, en majorité des civils, selon l'OSDH et poussé à l'exil plus de 65.000 Syriens selon l'ONU, sans compter les dizaines de milliers de détenus.

am-sbh/sw

PLUS:afp