NOUVELLES

L'UE et gouvernement palestiniens inquiets pour les détenus d'Isrël en grève de la faim

08/05/2012 10:49 EDT | Actualisé 08/07/2012 05:12 EDT

L'Union européenne (UE) et le gouvernement palestinien ont exprimé mardi leur inquiétude pour les détenus palestiniens d'Israël en grève de la faim, certains depuis plus de deux mois, l'UE appelant à leur fournir l'assistance médicale nécessaire.

"Les missions de l'UE à Jérusalem et Ramallah sont préoccupées par la détérioration de l'état de santé des Palestiniens en détention administrative en grève de la faim depuis plus de deux mois. L'UE demande au gouvernement d'Israël de mettre à leur disposition toute l'assistance médicale nécessaire et d'autoriser les familles à leur rendre visite, à titre d'urgence", selon un communiqué.

L'UE réaffirme son opposition à la pratique par Israël de la détention administrative, affirmant que "les détenus ont le droit d'être informés des raisons de leur détention et d'avoir un procès équitable sans délai injustifié".

Le gouvernement du Premier ministre palestinien Salam Fayyad, lors de sa réunion hebdomadaire, a affirmé mardi "tenir Israël pour pleinement responsable de la sécurité des prisonniers en grève de la faim dans les prisons de l'occupation".

Dans un communiqué, il a appelé à une intervention internationale "immédiate pour sauver les prisonniers de l'occupation et forcer le gouvernement israélien à répondre à leurs revendications légitimes", citant "la fin des punitions collectives, des fouilles au corps humiliantes et de l'isolement carcéral", ainsi que la privation de visites (en particulier pour les prisonniers de la bande de Gaza).

Le Hamas, qui gouverne Gaza, a jugé dans un communiqué l'appel de l'UE "insuffisant", souhaitant des "mesures concrètes et sérieuses pour assurer la sauvegarde de nos prisonniers dans les prisons de l'occupation, répondre à leurs revendications justes et humanitaires et mettre fin à leurs souffrances, compte tenu de la gravité de leur état de santé".

L'ONG palestinienne de soutien aux prisonniers Addameer a souligné dans un communiqué que Thaër Halahla et Bilal Diab, soupçonnés d'appartenance au mouvement radical Jihad islamique, étaient entrés mardi dans leur 71ème jour de grève de la faim.

Hassan Safadi, en est à son 65ème jour, Omar Abou Chalal à son 63ème, Mohammad Taj à son 52ème, Mahmoud Sarsak à son 51ème et Jaafar Ezzeddine à son 48ème, selon la même source.

bur-sst/agr/hj

PLUS:afp