NOUVELLES

Première visite du ministre chinois de Défense au Pentagone depuis 9 ans

07/05/2012 03:40 EDT | Actualisé 07/07/2012 05:12 EDT

Le ministre chinois de la Défense Liang Guanglie est arrivé lundi au Pentagone pour des entretiens avec son homologue américain Leon Panetta afin de tenter de combler le "déficit de confiance" entre les deux premières puissances mondiales, a constaté l'AFP.

Il s'agit de la première visite aux Etats-Unis d'un ministre chinois de la Défense depuis 2003. Le patron de l'Armée populaire de libération (ALP) est arrivé vendredi dans le pays à la tête d'une importante délégation de 24 hauts-gradés chinois.

La nécessité d'un dialogue sino-américain dans le domaine militaire est devenu plus aigu alors que les Etats-Unis ont réorienté leur stratégie vers l'Asie-Pacifique et que Pékin poursuit sa montée en puissance militaire.

La visite du général Liang intervient alors que les deux pays traversent une période délicate avec l'affaire du militant des droits civiques Chen Guangcheng qui s'était réfugié à l'ambassade américaine à Pékin, au grand dam de la Chine.

L'affaire Chen Guangcheng, évoquée par la secrétaire d'Etat Hillary Clinton à Pékin la semaine passée, ne sera pas évoquée par M. Panetta au cours de son entretien avec son homologue, selon un haut responsable américain de la Défense.

L'objectif des discussions entre les deux ministres est de créer une relation "suffisamment solide pour surmonter les frictions", a confié le haut responsable américain s'exprimant sous couvert d'anonymat.

Les deux pays entendent développer leur coopération militaire dans les domaines de l'aide humanitaire et de la lutte contre la piraterie et "continuer à discuter des différends qui nous opposent, des questions que chacun a vis-à-vis du programme de modernisation militaire de l'autre, des questions telles que l'espace, la cybersécurité, le nucléaire et la défense antimissiles", a ajouté ce responsable.

"Nous aimerions savoir (...) pourquoi les Chinois investissent dans ce programme de modernisation de façon si importante et rapide", a-t-il ajouté.

Pékin de son côté réaffirme que la Chine n'a pas de visée hégémonique et que sa politique militaire est "défensive par nature", rapporte l'agence officielle Chine nouvelle, selon qui "Washington est le principal responsable du déficit de confiance entre les deux pays".

"Pékin ne mérite pas les soupçons sans fondement quant au développement pacifique de la Chine", selon Chine nouvelle.

Les contacts militaires restent difficiles entre les deux pays. Ils avaient été rompus par Pékin lorsque les Etats-Unis avaient annoncé début 2010 un contrat d'armement de plus de 6 milliards de dollars avec Taïwan. Ils avaient repris à la fin de l'année, peu avant une visite en janvier 2011 à Pékin du secrétaire à la Défense de l'époque, Robert Gates.

En février, le vice-président chinois Xi Jinping s'était déjà rendu au Pentagone, où il avait été salué par 19 coups de canon, un privilège rarement accordé aux dignitaires étrangers.

Liang Guanglie, qui a déjà visité samedi la base navale de San Diego (Californie, ouest) se rendra d'ici son départ des Etats-Unis jeudi sur la base des Marines de Camp Lejeune (Caroline du Nord, sud-est), celle de l'Armée à Fort Benning (Géorgie, sud-est) ou encore à l'école militaire de West Point.

mra-ddl/bar

PLUS:afp