NOUVELLES

L'Ontario réduit des centaines de frais du RAMO versés aux médecins

07/05/2012 03:01 EDT | Actualisé 07/07/2012 05:12 EDT

TORONTO - Le gouvernement libéral de l'Ontario a réduit des centaines de frais du Régime d'assurance-maladie de l'Ontario (RAMO), au moment où il tente de conclure un nouveau contrat de travail avec des médecins dont il cherche à geler la rémunération.

Ces changements seront rétroactifs au 1er avril, a indiqué lundi la ministre de la Santé, Deb Matthews.

Elle a pris cette décision après que l'Association médicale de l'Ontario ait rejeté sa demande d'en venir à une entente le week-end dernier en présence d'un médiateur, après des mois de pourparlers.

Les modifications réduisent notamment de moitié les frais versés aux médecins qui choisissent de référer leurs patients à leur propre clinique pour des tests diagnostiques, comme des examens aux rayons X. De tels examens coûtent environ 88 millions $ par année à la province, selon les données du ministère de la Santé.

Les nouvelles technologies permettent maintenant aux médecins de travailler plus efficacement et plus rapidement, a dit Mme Mathews, mais les frais sont demeurés les mêmes.

Elle a ajouté que la réduction des frais permettra à la province d'économiser 338 millions $ cette année, ce qui ne représente toutefois qu'une partie de ce dont elle a besoin pour éliminer son déficit budgétaire de 15 milliards $.

Mme Mathews a prévenu que d'autres programmes pourraient être ciblés, comme les primes de rétention, si l'AMO refuse d'accepter un «véritable» gel des salaires. Elle affirme que les médecins ontariens avaient été prévenus des mesures qu'elle était prête à prendre s'ils n'acceptaient pas un gel de leurs salaires.

Par ailleurs, l'opposition conservatrice s'apprête à déposer un projet de loi qui imposerait un gel immédiat des salaires à plus d'un million de fonctionnaires ontariens.

Le chef conservateur, Tim Hudak, affirme que les tentatives du gouvernement libéral de négocier des gels volontaires avec les enseignants, les infirmières, les médecins et d'autres fonctionnaires ne fonctionnent tout simplement pas.

PLUS:pc