Des associations étudiantes rejettent l'entente de principe

RCQC  |  Par Publication: 07/05/2012 12:55 Mis à jour: 07/05/2012 14:34

Raised Hands

Plusieurs associations étudiantes ont rejeté l'entente de principe conclue samedi avec le gouvernement.

Selon la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE), les étudiants en sociologie de l'Université Laval ont déjà rejeté l'offre du gouvernement dans une proportion de 94 % et ont décidé de reconduire leur grève dans une proportion de 80 %.

La CLASSE soutient aussi que les étudiants du Collège de Valleyfield ont décidé de rejeter l'offre et de reconduire la grève dans une proportion de 60 %. Environ 800 des quelque 1900 étudiants de l'établissement en grève depuis le 20 février étaient présents pour l'assemblée générale.

L'association étudiante du collège est aussi affiliée à la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE). L'une des deux porte-parole de la coalition, Jeanne Reynolds, fréquente le Collège de Valleyfield.

Les étudiants du Cégep Marie-Victorin et ceux du Collège Bois-de-Boulogne ont aussi rejeté l'offre.

À l'Université de Montréal, les étudiants en arts, création et technologie ont également rejeté l'offre.

De leur côté, les étudiants en littérature de l'Université Laval ont rejeté l'offre.

À Gatineau, les 4800 membres de l'Association générale des étudiants et étudiantes du cégep de l'Outaouais ont aussi été conviés à une assemblée générale dans le stationnement du campus Gabrielle-Roy, à midi.

La direction du Cégep de l'Outaouais se présentera en Cour d'appel, lundi, à Montréal, pour réclamer l'annulation de l'injonction qui force la reprise des cours sur le campus.

Le porte-parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois, et le président de la Fédération étudiante collégiale du Québec, Léo Bureau-Blouin, font la tournée des médias lundi pour donner leur point de vue sur l'entente. Ils refusent de présumer des résultats du vote.

« Ce qu'on peut dire avec certitude, c'est qu'il va y avoir des débats très chauds et qu'il va y avoir beaucoup d'étudiants et d'étudiantes qui vont se présenter en assemblée avec l'intention de voter contre cette entente, surtout parce que la question des frais de scolarité y est absente », affirme Gabriel Nadeau-Dubois.

Un autre facteur qui incitera les étudiants à voter contre l'entente, dit-il, est « qu'on demande au mouvement étudiant d'abandonner la grève qu'il mène depuis 13 semaines dans les mains d'un comité sur lequel les étudiants n'ont que 4 sièges sur 19 ».

« On change un rapport de force certain contre un comité plutôt hypothétique. » — Gabriel Nadeau-Dubois

Le président de la FECQ, Léo Bureau-Blouin, estime lui aussi qu'il est « trop tôt » pour prédire la réaction des étudiants. Il se rendra lui-même au Cégep de Saint-Hyacinthe lundi pour expliquer l'entente de principe aux étudiants. Le cégep compte 3500 étudiants qui débraient depuis le 15 mars.

Rappelons que la CLASSE, la FECQ et la FEUQ n'ont pas donné de consigne de vote à leurs membres.

Suivre Le HuffPost Québec

Publié par Jean-Philippe Cipriani  |