Des organisations écologistes accusent Ottawa de vouloir les exclure des processus de consultations publiques

AFPQC  |  Par Publication: 07/05/2012 19:17 Mis à jour: 07/05/2012 20:57

Une coalition d'organisations environnementales canadiennes a lancé lundi une campagne de communication pour dénoncer un projet de loi du gouvernement conservateur, qu'elle accuse de vouloir exclure les écologistes des processus de décision publics.

Les écologistes - dont Equiterre, la Fondation David Suzuki, Greenpeace, Institut Pembina et WWF Canada - ont acheté des pages entières de publicité dans les grands journaux, tels The Globe and Mail et La Presse de Montréal, pour affirmer, en lettres blanches sur fond noir, que "L'avenir de l'eau, de notre sol et du climat est menacé" et qu'il n'est "pas question de se taire".

Intitulée "Silence, on parle", la campagne appelle les organisations, les entreprises et les citoyens du Canada à plonger leurs sites web dans le noir le 4 juin pour protester contre certaines dispositions de la loi de mise en oeuvre du budget du gouvernement conservateur.

"Plus du tiers de ses dispositions vise à affaiblir les lois environnementales les plus importantes au Canada", affirment les écologistes dans un communiqué, s'élevant surtout contre ce qu'ils considèrent comme de nouvelles entraves à la participation des ONG environnementales aux processus politiques publics.

"Les puissants intérêts pétroliers changent les règles du jeu. Pire encore, ils disqualifient tous les joueurs qui ne font pas partie de leur équipe", affirme Rick Smith, directeur administratif de l'organisme Environmental Defence, cité dans le communiqué.

Le ministre des Ressources naturelles Joe Oliver, a immédiatement riposté, dénonçant une "campagne de désinformation".

"Aujourd'hui, encore une fois, l'opposition officielle et certains organismes environnementaux se sont prononcés contre l'emploi, la croissance économique et la prospérité", a-t-il affirmé dans un communiqué, défendant le "Plan pour un développement responsable des ressources" que le gouvernement de Stephen Harper devrait faire adopter sans difficulté, disposant d'une majorité parlementaire confortable.

via/mdm

Suivre Le HuffPost Québec

Publié par Geoffrey Dirat  |