NOUVELLES

Serbie: Tadic et Nikolic s'affronteront au deuxième tour des présidentielles

06/05/2012 07:29 EDT | Actualisé 06/07/2012 05:12 EDT

BELGRADE, Serbie - Le second tour des élections présidentielles en Serbie opposera vraisemblablement le président sortant Boris Tadic et le candidat nationaliste Tomislav Nikolic, a prédit dimanche un organisme indépendant serbe.

Selon le décompte préliminaire du Centre pour des élections libres et la démocratie (CESID), M. Tadic du Parti démocratique (DS) aurait récolté 26,7 pour cent des voix contre 25,5 pour cent pour M. Nikolic, leader du Parti progressiste (SNS).

Le CESID a indiqué que les résultats pour les élections parlementaires étaient sensiblement les mêmes, ce qui signifie que les démocrates formeront probablement le prochain gouvernement de coalition avec les socialistes, comme ce fut le cas après le scrutin de 2008. Ces derniers sont en troisième position, mais demandent le poste de premier ministre.

Boris Tadic a déclaré que le deuxième tour des présidentielles, qui se tiendra le 20 mai, sera crucial pour l'avenir de la Serbie.

«Le combat sera entre moi et Nikolic», a-t-il affirmé. «Nos positions sont complètement différentes. Je suis certain que je vais gagner.»

De son côté, Tomislav Nikolic s'est dit convaincu qu'il l'emporterait sur son rival.

«La victoire est à portée de main», a-t-il assuré. «Nous aurons un nouveau gouvernement et un nouveau président.»

Les élections générales de dimanche proposaient aux Serbes de choisir entre les démocrates et les nationalistes, qui tentent de revenir au pouvoir pour la première fois depuis la chute de l'ancien homme fort des Balkans, Slobodan Milosevic, en 2000.

Le triple scrutin présidentiel, législatif et municipal pourrait avoir un impact sur les réformes sociales et économiques effectuées par la Serbie dans le cadre de sa demande d'adhésion à l'Union européenne (UE). Le pays a été isolé de la communauté internationale sous Milosevic dans les années 1990 en raison des politiques guerrières de ce dernier.

Les résultats des élections pourraient aussi compromettre la réconciliation de la Serbie avec ses voisins et ses ennemis d'antan, incluant l'ancienne province du Kosovo, qui a déclaré son indépendance en 2008.

Les Serbes ont été appelés aux urnes alors que leur pays traverse une grave crise économique qui a fait bondir le taux de chômage à 24 pour cent et fait chuter le niveau de vie.

Considéré comme un modéré, M. Tadic milite en faveur de l'entrée de la Serbie au sein de l'UE alors que M. Nikolic, un ex-allié de Slobodan Milosevic bénéficiant du soutien de la Russie, veut que le pays soit «à cheval entre l'Est et l'Ouest».

Le chef du SNS croit que son pays devrait refuser de faire partie de l'UE si celle-ci continue d'exiger qu'il abandonne ses prétentions sur le Kosovo, considéré comme le berceau de l'État et de la religion serbes. La Serbie ne reconnaît pas l'indépendance du Kosovo.

PLUS:pc