NOUVELLES

L'économie soudanaise n'est pas en faillite, assure le président Béchir

06/05/2012 09:40 EDT | Actualisé 06/07/2012 05:12 EDT

L'économie soudanaise n'est pas en faillite, a assuré dimanche le président Omar el-Béchir, malgré la partition de juillet 2011 qui a fait perdre des milliards de dollars à Khartoum et les inconnues sur les répercussions économiques du conflit avec le Soudan du Sud.

Selon les prévisions du Fonds monétaire international, l'économie soudanaise devrait se contracter de 7,3% cette année, essentiellement du fait de la chute de la production pétrolière, dont les trois-quarts provenait du Sud, et dont les revenus représentaient un tiers des recettes du pays.

"Oui, nous sommes confrontés à des difficultés économiques, mais nous ne sommes pas en faillite", a déclaré M. Béchir devant le Conseil de la planification stratégique, qui rassemble ministres, gouverneurs, professeurs et représentants syndicaux pour élaborer le plan 2012-2012.

Les réserves de change du pays sont pourtant au plus bas, et selon des statistiques diffusées jeudi par le ministère des Finances, l'inflation déjà endémique a encore atteint 21% sur les trois premiers mois de l'année.

La situation s'est encore détériorée lorsque les tensions avec le Soudan du Sud ont conduit à une offensive sud-soudanaise sur la zone frontalière disputée de Heglig, d'où provenaient 50.000 à 55.000 barils de brut par jour, la moitié de la production pétrolière du Nord.

Selon un économiste international s'exprimant sous couvert d'anonymat, cette attaque a coûté au Soudan encore 20% de ses revenus pétroliers, soit plus de 700 millions de dollars.

La production pétrolière de Heglig a été arrêtée pendant plus de deux semaines et les infrastructures sont très endommagées. Selon une source industrielle, il faudra "des mois" pour que la production retrouve ses anciens niveaux.

str-it/fc/feb

PLUS:afp