NOUVELLES

Israël: les juges critiquent l'idée de reporter l'évacuation d'une colonie

06/05/2012 09:50 EDT | Actualisé 06/07/2012 05:12 EDT

La Cour suprême israélienne a vivement critiqué dimanche la demande de l'Etat de reporter la démolition d'un quartier situé sur des terres palestiniennes privées dans une colonie de Cisjordanie, sans pour autant donner sa décision finale dans l'immédiat.

Le quartier de l'Oulpana, qui comprend cinq immeubles bâtis illégalement dans l'implantation de Beit El, près de la ville palestinienne de Ramallah, aurait dû être rasé la semaine dernière. Une cinquantaine de personnes vivent dans ces immeubles.

La Cour suprême avait ordonné à l'Etat de démolir ces immeubles avant le 1er mai, estimant qu'ils avaient été érigés sur un terrain privé palestinien. Mais le gouvernement de Benjamin Netanyahu a demandé un sursis de 90 jours, le temps de trouver une solution juridique pour les préserver.

Lors de l'audience dimanche, les juges ont accusé l'Etat de procrastination. "Alors chaque fois que la Cour prendra une décision, l'Etat demandera à rouvrir le dossier sous prétexte qu'il a changé d'avis ?", a demandé le juge Ouzi Fogelman, selon la transcription des débats dont l'AFP a obtenu une copie.

"Le principe de la destruction de structures construites sans autorisation n'est pas remis en cause" mais le gouvernement "demande à examiner un moyen de conserver les maisons en question", a répondu Osnat Mandel, l'avocate représentant le bureau du procureur.

Selon M. Netanyahu, la démolition des cinq maisons est "un diktat que le public ne saurait accepter". De nombreux membres de la coalition de droite au pouvoir ont réclamé une solution pour empêcher l'évacuation des colons.

Aux yeux de la communauté internationale, toutes les colonies dans les Territoires occupés sont illégales, qu'elles aient ou non été autorisées par le gouvernement israélien. Plus de 340.000 colons israéliens vivent en Cisjordanie et plus de 200.000 dans des quartiers de colonisation à Jérusalem-Est.

jjm-mib/agr/fc

PLUS:afp