NOUVELLES

Algérie: les observateurs de l'UE attendent toujours le fichier électoral (diplomate)

06/05/2012 06:09 EDT | Actualisé 06/07/2012 05:12 EDT

Les observateurs de l'Union européenne (UE) aux élections législatives algériennes prévues jeudi attendent toujours le fichier électoral qu'ils ont demandé à plusieurs reprises aux autorités algériennes, a-t-on appris dimanche de source diplomatique.

"Nous avons demandé à plusieurs reprises le fichier mais n'avons pas, à ce jour, eu de réponse", a déclaré cette source à l'AFP.

Lors d'un point de presse le 2 mai à Alger, le chef de la mission d'observation de l'UE aux élections, José Ignacio Salafranca, avait indiqué qu'il avait vu ce jour le ministre de l'Intérieur Dahou Ould Kablia au sujet de ces fichiers, que certains soupçonnent en Algérie d'avoir été "truqués".

Le ministre a indiqué qu'"il poserait la question" et a fait part de "son impression positive" sur la réponse, avait indiqué M. Salafranca.

La campagne électorale, qui a débuté le 15 avril, s'achève le 6 mai.

Le quotidien francophone El-Watan avait rapporté le 12 mars, citant des sources judiciaires, la radiation de 1.543 militaires algériens des fichiers électorales de la commune d'Illizi (sud-est), pour y avoir été inscrits après l'expiration du délai légal le 21 février.

Dans la préfecture de Tindouf (sud-ouest), une affaire similaire avait également provoqué une polémique. Quelque 33.000 militaires y avait été inscrits après le 21 février.

De nombreuses accusations de fraudes ont régulièrement entaché les élections organisées en Algérie qui se pose aujourd'hui comme un pays réformiste face aux revendications populaires qui ont emporté plusieurs régimes dans le cadre du Printemps arabe.

Les observateurs de l'UE, qui atteindront le nombre d'environ 150, seront présents dans les 48 départements de ce pays de près de 2,4 millions de km2, mais pas dans tous les bureaux de vote.

Quelque 60 observateurs sont arrivés ce week-end en Algérie tandis que les premiers sont là depuis le 30 mars. Certains resteront encore après les élections du 10 mai.

En tout quelque 500 observateurs étrangers seront présents lors du scrutin.

bmk/aub

PLUS:afp