NOUVELLES

Zimbabwe - Matches truqués: le tiers des joueurs blanchis (presse)

05/05/2012 06:49 EDT | Actualisé 05/07/2012 05:12 EDT

Les autorités zimbabwéennes du football ont mis hors de cause le tiers des joueurs inquiétés dans une affaire de matches truqués en Asie, a rapporté samedi le Daily News (indépendant).

Sur les plus de 90 joueurs faisant l'objet d'une enquête, 33 ont été blanchis. La plupart d'entre eux jouent dans des équipes locales, à l'exception du milieu de terrain Ovidy Karuru (US Boulogne, France) et de l'attaquant Khama Billiat (Ajax, Afrique du Sud).

Le comité d'enquête, présidé par l'ancien juge de la Cour suprême Ebrahim Ahmed, a également mis hors de cause l'ancien entraîneur de l'équipe nationale zimbabwéenne, le Brésilien Valinhos, selon le journal.

La Zifa, la fédération nationale, avait suspendu en février le sélectionneur national Norman Mapeza pour son implication présumée dans cette affaire de matches truqués en Asie.

Accusée de corruption, l'ancienne présidente de la Zifa Henrietta Rushwaya, a été arrêtée au début de l'année, puis libérée sous caution, dans cette affaire. Elle avait envoyé la sélection nationale disputer des matches amicaux en 2009 en Thaïlande, en Syrie et en Malaisie, dont les résultats auraient été arrangés à l'avance dans le cadre de paris truqués. Elle a été démise de ses fonctions l'année suivante.

En août 2011, la Zifa avait suspendu trois de ses membres, dont un ancien joueur international et un ancien arbitre, impliqués dans le scandale. Elle a mis sur pied une commission indépendante chargée d'interroger tous les protagonistes de l'affaire.

Dans ce contexte, le Zimbabwe est dans le collimateur de la Fédération internationale de football. Le président de la Fifa, Sepp Blatter, avait prévenu lors d'une visite à Harare l'an passé que tout joueur ou officiel jugé coupable dans cette affaire serait banni à vie du football professionnel.

rm/liu/gd

PLUS:afp