Huffpost Canada Quebec qc

Japon: le dernier réacteur nucléaire ferme, des milliers de Japonais font la fête

Publication: Mis à jour:
JAPAN NUCLEAR SHUT DOWN
AP

TOKYO - Pour la première fois en quatre décennies, il n'y a plus de réacteur nucléaire en service au Japon. Le dernier encore en fonctionnement, celui de la centrale de Tomari à Hokkaïdo dans le nord du pays, a été arrêté samedi pour vérifications et travaux de maintenance, une nouvelle célébrée par des milliers de manifestants à Tokyo.

Avant le tsunami du 11 mars 2011 et l'accident consécutif à la centrale de Fukushima, le plus grave depuis celui de Tchernobyl en 1986, le Japon comptait 54 réacteurs. Tous sont désormais à l'arrêt pour contrôles de sécurité, maintenance programmée ou ont été mis hors service par le tsunami, comme à Fukushima. Le nucléaire, avant Fukushima, constituait environ 30 pour cent de la production d'électricité au Japon.

Ce sont actuellement des centrales thermiques, alimentées en pétrole et gaz naturel importés, qui permettent de subvenir aux besoins du pays en énergie. D'après un porte-parole de Hokkaido Electric Power Co, exploitant de la centrale de Tomari, le processus d'arrêt graduel du dernier réacteur a débuté samedi dans la matinée pour s'achever sans incidents dans la soirée.

Le rédémarrage des réacteurs en état de fonctionnement dans l'archipel est désormais conditionné à de nouveaux tests de résistance et à l'avis des autorités locales. Le gouvernement ne semble pas désireux sur ce point de passer en force, face à une opinion publique de plus en plus inquiète. Un sondage publié par le quotidien "Tokyo Shimbun" à l'occasion du premier anniversaire de Fukushima montre qu'une large majorité de japonais (76,9 est favorable à une sortie progressive du nucléaire.

Des élus locaux comme le maire de Tomari, Hiroomi Makino, souhaitent cependant la remise en service de réacteurs, évoquant les répercussions négatives d'un arrêt des installations pour l'économie locale, notamment en terme d'emplois et de subventions. L'édile qualifie ainsi d'"extrêmement regrettable" la décision de l'opérateur.

Reste maintenant à savoir si le Japon va connaître une pénurie d'électricité pendant la période estivale, chaude et humide, en raison de l'usage intensif des climatiseurs. Les autorités japonaises disent le redouter, incitant citoyens et entreprises à faire des économies d'énergie.

Ces campagnes, l'été dernier, ont contribué à éviter des coupures brutales et massives de courant. Les employés de bureaux étaient par exemple invités à s'habiller plus léger pendant l'été, sans veste ni cravate, pour avoir moins chaud et éviter de pousser la climatisation à fond. Les horaires de travail ont été adaptés dans certaines administrations et entreprises pour consommer moins de courant.

L'arrêt du dernier réacteur de Tomari -deux autres sur le même site avaient déjà été stoppés- a été salué par un rassemblement dans un parc de Tokyo de plusieurs milliers de manifestants contre le nucléaire.

"C'est aujourd'hui un jour historique", a lancé un des orateurs, Masashi Ishikawa. "Il y a tellement de centrales, mais aucune ne sera plus en fonctionnement aujourd'hui, et c'est grâce à nos efforts", a-t-il ajouté.

"Non au nucléaire", "Nucléaire, non merci", pouvait-on lire entre autres sur les banderoles. Parmi les manifestants, Yoko Kataoka, une retraitée, souhaitait que l'on puisse "laisser à nos enfants et à nos petits-enfants une Terre où jouer sans s'inquiéter".

Sur le web

Menace nucléaire : Explosion à la centrale nucléaire de Fukushima ...

Le Japon arrête son dernier réacteur nucléaire - Libération

Le Japon stoppe le dernier réacteur nucléaire - lesoir.be

Au Japon, le dernier réacteur nucléaire en marche est ...

Le dernier réacteur nucléaire japonais a fermé

Contre le redémarrage des réacteurs japonais…