Fermetures au MICC: les agents invités à un atelier sur le « deuil et la résilience »

Publication: Mis à jour:

Les agents d'accueil du ministère de l'Immigration et des Communautés culturelles (MICC) ont reçu il y a quelques semaines un message les informant que le ministère donnera à ses employés des ateliers sur le « deuil et la résilience ».

Les objectifs de l'atelier sont de soutenir les employés par rapport aux transformations annoncées pour le courant des prochains mois au ministère. Cet atelier, qui sera donné le 9 mai prochain à Montréal, permettra « d'alléger la charge émotive à l'annonce du changement [...] favoriser la résilience, établir un climat d'entraide et de soutient mutuel au sein du groupe. Ce n'est pas une formation traditionnelle, mais bien un atelier qui demande la participation active de tous », comme il est écrit dans la lettre.

Le vice-président régional du Syndicat de la Fonction publique du Québec (SFPQ), Jean-François Sylvestre, confirme qu'il y a un climat d'inquiétude au ministère pour les agents qui accueillent les nouveaux arrivants dans les séances de premières démarches. « Ces formations, dit-il, servent à faire accepter aux employés des changements dans leurs tâches. »

Questionnée le 26 avril dernier lors d'une étude des crédits budgétaires 2012-2013 par le porte-parole de l'opposition en matière d'immigration, la ministre Kathleen Weil n'avait aucune idée de l'existence de ces « ateliers de deuil » offert aux employés de son ministère. C'est la sous-ministre du MICC, Marie-Claude Champoux, qui a répondu aux questions de l'opposition. « Personne ne perdra son emploi au MICC, mais il y a un processus de transformations des façons de faire [...] vers le 1er juillet, pour que les premières démarches d'installation qui sont présentement offertes par les employés soient faites par les organismes communautaires qui sont déjà partenaires du ministère. Dans le préparatif de cette transformation-là, il y a des ateliers de gestion de changements qui sont organisés pour les employés. »

De plus, les agents ont reçu il y a quelques jours un mot leur annonçant que l'atelier de « deuil et résilience » changeait de nom pour être rebaptisé « naviguer dans le changement ». Il semble pour Jean-François Sylvestre que le ministère joue avec les mots. « Ce n'est pas un deuil, il n'y a personne de mort! », s'indigne-t-il.

En début de semaine, le Huffington Post Québec révélait que « plusieurs bureaux d'immigration du Québec (BIQ) à l'étranger ont vu leurs portes fermer au mois de mars dernier, dont ceux de São Paulo et de Vienne ». De plus, « l'actualisation du mandat » de Paris et de Hong Kong est à venir pour mars 2013. Réal Grégoire, porte-parole du ministère de l'Immigration et des Communautés culturelles, a confirmé qu'il n'y aura aucune fermeture de BIQ au courant de l'année prochaine.

Étant donné le contexte de « réduction de l'État » et pour en arriver à un équilibre budgétaire en 2013-2014, les tâches confiées aux agents qui accueillent dans les 5 premiers jours de leur arrivée en sol québécois les nouveaux arrivants seront distribuées à des organismes communautaires en sous-traitance dans les mois qui viennent.

Sur le web

1000 postes coupés à l'ASFC: de vives inquiétudes pour la sécurité

Filed by Geoffrey Dirat