NOUVELLES

Un adolescent se fait exploser dans un marché au Pakistan: 20 morts

04/05/2012 01:57 EDT | Actualisé 04/07/2012 05:12 EDT

KHAR, Pakistan - Un adolescent s'est fait exploser vendredi près d'un marché pakistanais situé près de la frontière afghane, tuant 20 personnes, ont déclaré des responsables.

L'attentat est survenu au lendemain de la publication par l'armée américaine de documents saisis dans le repaire d'Oussama ben Laden au Pakistan. Dans ces documents, l'ancien chef d'Al-Qaïda, tué le 2 mai 2011, critique les militants pakistanais pour leurs attentats qui tuent un grand nombre de civils musulmans.

Cinq des victimes de l'attentat de vendredi, survenu dans la zone tribale de Bajur, appartenaient aux forces de sécurité. L'un des agents tués avait déjà reçu une distinction pour son courage dans la lutte contre les militants islamistes, a précisé un responsable du gouvernement, Abdul Haseeb.

Le kamikaze, qui était âgé de 15 ou 16 ans, a déclenché sa charge explosive en approchant d'un poste de contrôle près du marché de Khar, selon M. Haseeb. L'attaque est survenue alors que les résidants de la ville se rendaient au travail ou emmenaient leurs enfants à l'école.

Plusieurs des victimes sont des passants, notamment une femme et des enfants. Au moins 40 personnes ont également été blessées dans l'attentat.

L'explosion a endommagé plus d'une douzaine d'échoppes dans le marché. Les secouristes ont fouillé les débris à la recherche de possibles survivants. Le sol autour du marché était couvert de sang et on pouvait voir des chaussures abandonnées appartenant aux victimes de l'explosion.

Un porte-parole des talibans pakistanais, Ahsanullah Ahsan, a revendiqué la responsabilité de l'attaque dans un appel téléphonique à l'Associated Press.

«C'est une revanche contre ceux qui ont tué les nôtres», a-t-il dit.

La filiale pakistanaise des talibans, qui tente de prendre le contrôle de la région frontalière entre le Pakistan et l'Afghanistan, a tué et blessé des milliers de personnes depuis 2009, dont de nombreux civils dans des marchés et des mosquées.

PLUS:pc