Deux sondages montrent que les libéraux résistent dans les intentions de vote

Publication: Mis à jour:

Le conflit étudiant ne semble pas ébranler les libéraux, selon deux sondages publiés vendredi. Mais les conclusions des deux enquêtes semblent fort différentes.

Dans La Presse, un sondage CROP enregistre une baisse de six points du taux d'insatisfaction à l'égard du gouvernement Charest, qui passe de 73 % à 67 %. Le taux de satisfaction grimpe de 24 % à 32 %.

Ce qui se matérialise dans les intentions de vote. Le PLQ gagne un point à 31 %, le PQ en perd six et régresse à 25 %, tandis que la CAQ stagne à 24 %.

Des chiffres qui diffèrent de ceux d'un autre sondage publié dans le Journal de Montréal. L'enquête Léger Marketing-QMI révèle que le Parti québécois mène avec 31 % des votes, contre 28 % pour le Parti libéral du Québec et 24 % pour la CAQ.

À noter, l'échantillon du sondage Léger Marketing-QMI est de 1615 répondants, tandis que 800 personnes ont répondu au sondage Crop-La Presse. On peut d'ailleurs lire au bas de la page A2 de La Presse : «Notons finalement que compte tenu du caractère non probabiliste de l'échantillon, le calcul de la marge d'erreur ne s'applique pas».

Selon Statistique Canada, «on ne peut mesurer la fiabilité d'un échantillonnage non probabiliste; la seule façon de mesurer la qualité des données en résultant consiste à comparer certains des résultats de l'enquête à l'information dont on dispose au sujet de la population. Encore une fois, rien ne fournit l'assurance que les estimations ne dépasseront pas un niveau acceptable d'erreur. Les statisticiens hésitent à utiliser les méthodes d'échantillonnage non probabiliste, parce qu'il n'existe aucun moyen de mesurer la précision des échantillons en découlant.»

Jeudi, le gouvernement Charest a survécu à une motion de censure présentée par l'opposition à l'Assemblée nationale.

Sur le web

Jean-Nicolas Gagné: Legault ou comment rater des filets déserts