NOUVELLES

Second tour des législatives en Iran pour choisir les 65 élus restants

04/05/2012 02:46 EDT | Actualisé 03/07/2012 05:12 EDT

Les Iraniens votaient vendredi pour élire les 65 députés restants, sur un total de 290 au Parlement, deux mois après le premier tour dominé par les conservateurs toutes tendances confondues.

Vingt-cinq des 65 sièges sont à pourvoir à Téhéran avec en lice les deux principales listes conservatrices -le "Front Uni des conservateurs" rassemblant des opposants au président Mahmoud Ahmadinejad et le "Front de la Persistance" réunissant une partie de ses partisans- et quelques candidats réformateurs ou critiques de M. Ahmadinejad, dont le député conservateur sortant Ali Motahari.

Les électeurs ont commencé à se rendre dans les bureaux de vote de la capitale tôt le matin. Les résultats sont attendus samedi ou dimanche.

Lors du premier tour le 2 mars, aucune des deux principales coalitions conservatrices en compétition n'a réussi à s'imposer. Parmi les 225 députés élus figurent une centaine d'indépendants non soutenus par les principaux groupes conservateurs.

Les réformateurs qui comptaient une soixantaine de députés dans le Parlement sortant ont vu leur nombre divisé par deux.

L'équilibre entre les factions conservatrices au futur Parlement est d'autant plus difficile à prédire que plus de la moitié des députés sont des inconnus élus pour la première fois.

Il faudra attendre la première réunion de l'assemblée fin mai, en particulier l'élection de son président, pour connaître le véritable rapport de force au sein du camp conservateur.

D'ores et déjà, une sourde bataille s'est engagée sur la présidence du Parlement. Le "Front uni des conservateurs" est partisan de la réélection du président sortant Ali Larijani, élu à Qom, alors que d'autres groupes conservateurs penchent pour son prédécesseur Gholam-Ali Hadad Adel, un proche du guide suprême Ali Khamenei qui a été élu haut la main à Téhéran.

Dans tous les cas, le nouveau Parlement restera, comme le précédent, largement dominé par les conservateurs se réclamant de l'ayatollah Khamenei.

Au premier tour, la participation a atteint 64% (contre 55% en 2008).

sgh/tp/sw

PLUS:afp