NOUVELLES

Ryad souligne la "solidité" des liens avec Le Caire malgré la crise

04/05/2012 05:27 EDT | Actualisé 04/07/2012 05:12 EDT

L'Arabie saoudite a souligné la "solidité" de ses relations avec l'Egypte malgré la fermeture de son ambassade au Caire, en recevant à Ryad une délégation égyptienne de haut rang, a rapporté vendredi l'agence officielle SPA.

Le royaume saoudien a fermé le 28 avril son ambassade au Caire ainsi que ses consulats à Alexandrie et Suez après des manifestations hostiles réclamant la libération d'un militant égyptien des droits de l'Homme, Ahmed al-Guizaoui, arrêté selon Ryad pour possession de drogue.

Le chef de la diplomatie saoudienne Saoud al-Fayçal a reçu jeudi soir les présidents des deux chambres du Parlement égyptien, membres des Frères musulmans, Saad el-Katatni et Ahmed Fahmi.

"Nous n'écartons pas l'idée que des éléments étrangers ne voulant pas notre bien ou celui de l'Egypte et de l'ensemble de la nation arabe, pourraient être derrière la perturbation des relations historiques et solides entre nos deux pays et peuples", a-t-il dit.

"Nous estimons que les personnes sages des deux côtés sont capables de surmonter ces affaires mineures (...) pour un retour à des relations de haut niveau", a ajouté le ministre saoudien.

"Nous ferons face de manière ferme à ceux qui visent à insulter nos deux pays. Et votre présence parmi nous en est une preuve claire", a-t-il poursuivi à l'adresse des deux responsables égyptiens dont il a salué la visite à Ryad comme un "geste apprécié".

Pour M. Katatni, "un incident passager ne pouvait troubler les relations bilatérales. L'Egypte, après la révolution, a besoin du soutien de ses frères" arabes.

La veille, l'armée au pouvoir en Egypte s'était montrée confiante dans la résolution de la crise, en affirmant que l'ambassadeur saoudien allait revenir au Caire.

Les partisans du militant égyptien, arrêté à son arrivée à Jeddah, affirment qu'il est poursuivi pour des propos critiques envers le pouvoir saoudien.

Ryad assure qu'il a été arrêté en possession de milliers de comprimés d'un médicament considéré comme une drogue s'il n'est pas accompagné d'une prescription.

bur-ak/tp/sw

PLUS:afp